Claver-Carone : Le Conseil d’administration de la BID recommande à l’unanimité la révocation de son président | Économie

Claver-Carone : Le Conseil d’administration de la BID recommande à l’unanimité la révocation de son président | Économie
Claver-Carone : Le Conseil d’administration de la BID recommande à l’unanimité la révocation de son président | Économie
--

La tête de Mauricio Claver-Carone à la présidence de la Banque interaméricaine de développement (BID) est en danger. Le rapport dévastateur présenté par le cabinet d’avocats qui a mené une enquête indépendante sur sa conduite le laisse dans l’ombre. Le rapport, commandé à la suite d’une plainte anonyme, indique qu’il entretenait une relation amoureuse avec une employée qu’il favorisait dans ses décisions. Après en avoir pris connaissance, le conseil d’administration ou directoire de la banque a recommandé à l’unanimité la révocation de son président lors d’une réunion tenue ce jeudi, selon des sources citées par Bloomberg Oui PA.

Le Bureau exécutif est composé de 14 directeurs exécutifs représentant les 48 pays membres, et comprend également 14 suppléants. Chaque pays membre nomme un gouverneur, dont le pouvoir de vote est directement proportionnel au capital que le pays souscrit à l’institution. Les gouverneurs sont généralement des ministres des Finances, des présidents de banques centrales ou des hauts fonctionnaires.

La révocation dépendra d’un vote de l’assemblée des gouverneurs de la banque, la plus haute autorité de la BID, mais avec un rapport et une recommandation comme celui-ci, les chances qu’il reste en fonction sont minces. Les États-Unis ont approuvé au conseil la recommandation de le révoquer. Claver-Carone était déjà, en plus, une nomination controversée promue lors de sa dernière année de mandat par Donald Trump (jusque-là la banque n’avait jamais eu de président non latino-américain). Le gouvernement de Joe Biden n’a aucune raison de brûler de pression pour le défendre et a choisi de le laisser tomber.

« Le climat de peur des représailles parmi le personnel et les pays emprunteurs qui a créé [Claver-Carone] il a perdu la confiance du personnel et des actionnaires de la Banque et nécessite un changement de direction”, a déclaré à l’agence un porte-parole du département du Trésor. PA.

Les États-Unis sont le premier actionnaire de la BID, avec un peu plus de 30 % du capital, ce qui a permis à Trump de favoriser la nomination de Claver-Carone. Désormais, sans le soutien de Washington, le sort du président semble coulé. Les gouverneurs auront jusqu’à mardi pour voter à distance sans avoir à se rencontrer en personne.

Le contenu du rapport, révélé ce mercredi par EL PAÍS, soutient que le président et le chef de cabinet entretenaient une relation amoureuse, chose interdite par la politique interne de l’organisation multilatérale. Non seulement cela, au cours de ces deux années, la femme, J.B, a obtenu deux augmentations de salaire. Le président nie toutes les accusations, mais le récit des faits que le cabinet d’avocats Davis Polk & Wardwell a compilé dans son enquête, y compris certains messages assez explicites, ne laisse guère de place au doute.

---

En outre, Claver-Carone n’a pas autorisé les enquêteurs à accéder à son téléphone portable ou à ses e-mails, malgré les affirmations selon lesquelles il aurait pleinement coopéré à l’enquête. Le rapport inclut également cette crainte de représailles évoquée par le département du Trésor.

“Il existe des preuves pour étayer la conclusion qu’ils avaient une relation amoureuse avant de rejoindre la Banque et que la relation a pu se poursuivre pendant leur emploi”, indique le rapport. En moins d’un an, le président a approuvé deux augmentations de salaire pour J.B, la première à son arrivée. La femme a été embauchée le 23 septembre 2020 pour un salaire annuel net de 287 000 $ (un chiffre similaire en euros au taux de change actuel). Une semaine plus tard, le 1er octobre, Claver-Carone approuve une augmentation de 20 %, jusqu’à 350 000 $. En juillet 2021, le président signe une nouvelle augmentation de 20 %, à hauteur de 420 000 dollars.

Malgré toutes les conclusions contre lui, Claver-Carone a publié mardi une longue déclaration dans laquelle il a soutenu que ce qui mettait en danger la réputation de la BID était l’enquête et non sa conduite. “C’est la première fois dans l’histoire d’une banque multilatérale de développement que ce genre de processus a été mené, où un dirigeant élu a fait l’objet d’une enquête arbitraire sans aucune plainte formelle dans le cadre des règles administratives de l’organisation, et que a été initiée sur la base de plaintes anonymes et non fondées. C’est du jamais vu”, s’est-il plaint.

abonnez-vous ici à la newsletter d’EL PAÍS América et recevez toutes les informations clés sur l’actualité de la région.

Tags: ClaverCarone Conseil dadministration BID recommande lunanimité révocation son président Économie

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

---

PREV Les chiffres de Covid augmentent: le retour de l’exigence du masque ne peut être exclu dans 5 minutes
NEXT Nairo Quintana annonce son départ d’Arkéa Samsic