Taylor Swift, pop star milliardaire et femme d’affaires

Taylor Swift, pop star milliardaire et femme d’affaires
Taylor Swift, pop star milliardaire et femme d’affaires

Première d’une longue file d’attente, Juliette se bouscule dans la boutique d’un disquaire lillois, à la recherche de l’article de toutes les envies : un vinyle collector de Taylor Swift, au prix de 49 euros. Tente à peine quelques minutes après son ouverture, l’allée est vide, dévalisée par d’autres Swifties – un surnom que se sont donné les fans du chanteur. A ce disque s’ajouteront à sa quinzaine de CD, des posters, des bloc-notes, des cardigans, des tote bag, des puzzles et des pins à l’effigie de la pop star. « Tout cela me coûte cher, alors je me limite à un seul article merchandising d’Era. (album pour Swifties – NDLR) », précise l’étudiant en cinéma. Montant total : environ 900 euros, sans compter le billet de concert à 159 euros pour The Eras Tour, le 11 mai, à Paris.

D’ici fin 2024, 53 concerts de Taylor Swift auront lieu dans 20 pays à travers le monde. Pour le plus grand plaisir des Swifties, qui ne comptent plus les euros dépensés pour leur idole. Les fans américains ont dépensé en moyenne 1 300 dollars en billets, transport, hôtel et vêtements pour assister au concert, selon une étude du cabinet QuestionPro. En France, la Paris La Défense Arena fera le plein les 9 et 12 mai avec 35 000 places par soir et le Stade de Lyon accueillera 57 000 supporters les 2 et 3 juin. De quoi gonfler les comptes de Taylor Swift, désormais milliardaire. La vente de ses billets de concert et de merchandising (marché des produits dérivés) représente 370 millions de dollars de sa fortune, selon l’estimation du média économique américain Bloomberg.

Sur son site officiel, ses produits dérivés se vendent comme des petits pains mais c’est un autre trésor qu’elle protège jalousement : sa prose. Les paroles de ses chansons comme « Party Like it’s 1989 » ou « This Sick Beat » (ce rythme fou – NDLR) sont déposées auprès de l’Institut américain de protection intellectuelle. Ces parties de phrases ne pourront plus apparaître sur un produit commercial sans son accord.

Albums réenregistrés et rachetés

L’auteure, compositrice et interprète américaine est la seule artiste à avoir franchi le cap du milliard de dollars uniquement grâce aux revenus de sa musique. Onze albums composent sa discographie, allant du country au folk en passant par la pop. Le tout représente un catalogue musical d’une valeur de 400 millions de dollars, selon Bloomberg.

Pas de fausse note pour l’artiste : surtout lorsqu’elle décide d’enregistrer à nouveau ses six premiers albums. Cette dernière avait été rachetée par le producteur Scooter Braun puis revendue à un fonds d’investissement, sans son accord. Lassée de la bataille judiciaire engagée en 2019, elle en produit une nouvelle version en 2020 et récupère l’intégralité de ses droits. Les versions dites « volées » sont boycottées par les fans, tandis que les « Taylor’s Version », celles réenregistrées et dont elle est propriétaire, prennent place dans les tourne-disques et les lecteurs CD. Le soutien des Swifties est indéfectible : “Par solidarité, j’ai racheté les versions que possède Taylor Swift, non pas pour toutes les époques, mais pour “1989”, par exemple”, dit Juliette. Avec cet album, la chanteuse bat son propre record : il démarre mieux que l’original, sorti en 2014. Résultat : 1,65 million de ventes en une semaine.

Apple contre Taylor

Son catalogue musical n’est pas seulement consommé sous forme de CD ou de vinyle, mais aussi par téléphone, en streaming. Là aussi, elle négocie âprement ses conditions de rémunération. En 2015, elle a contraint à la faillite Apple Music, réputé dur, qui a revu sa politique tarifaire. Sur son blog, elle alerte ses fans : “Ce que vous ne savez peut-être pas, c’est qu’Apple Music ne paie pas les écrivains, producteurs et artistes pendant la période d’essai. (la période d’essai gratuite de trois mois réservée aux nouveaux abonnés – NDLR) ». Inflexible, elle menace de boycotter la plateforme en la privant de ses albums. Apple cède, Taylor empoche.

Le reste de sa fortune est constitué de 80 millions d’euros de redevance, c’est-à-dire les redevances que l’artiste perçoit sur le pourcentage des ventes et des revenus d’exploitation. Bloomberg résume : « Ses compositions prolifiques, ses négociations autour du streaming et sa décision judicieuse de réenregistrer ses six premiers albums lui ont permis de connaître un succès financier massif à une époque où les musiciens perdaient de leur influence dans l’industrie. » Sur le compte bancaire du chanteur de 34 ans, apparaît un montant à dix chiffres.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV HIT WEST RECHERCHE UN MODÉRATEUR (H/F) | Petites annonces
NEXT Slimane invite Lara Fabian en concert pour une reprise intense de « Je suis malade » (VIDEO)