« La Dolce Vita » clôture le Festival de Toulouse – .

« La Dolce Vita » clôture le Festival de Toulouse – .
« La Dolce Vita » clôture le Festival de Toulouse – .

l’essentiel
Les plus belles mélodies napolitaines seront à l’affiche samedi soir du concert de clôture du Festival de Toulouse, dont la 3e édition a rempli ses objectifs, selon ses organisateurs.

Après avoir suscité l’enthousiasme lors de la saison lyrique avec « Cendrillon » au Théâtre du Capitole, Florian Sempey revient à Toulouse pour chanter « La Dolce Vita ». Un recueil des plus belles chansons napolitaines qui constitue un petit défi pour le baryton français le plus en vue du moment. « Je vais voler quelques grands airs du répertoire habituellement interprété par les ténors », s’excuse presque Florian Sempey, se disant « ravi de revenir à Toulouse où chanter est toujours un plaisir »… Pas si courant pour un Bordelais.

Mais Florian Sempey ne sera pas seul dans cette aventure musicale. Il sera accompagné, samedi, par Yann Dubost à la contrebasse, Eric Franceries à la guitare, mais aussi par Julien Martineau, le directeur artistique du festival de Toulouse, à la mandoline.

« O sole mio », « Santa Lucia », « Funiculi Funicula », « Caruso »… seront au programme de « La Dolce vita », entre autres tubes parmi les plus belles mélodies napolitaines. « Ce sont de grands airs chantés par Luciano Pavarotti, Placido Domingo, Roberto Alagna que nous interpréterons avec Florian », commente Julien Martineau qui mène une carrière internationale en tant que soliste accompagnant les plus grands de Natalie Dessay à Thomas Hampson. « Nous jouons ensemble avec Florian depuis plus de dix ans. Nous formons un duo. Nous avons des affinités musicales et amicales ».

Le pouvoir des créations

Avant même la fin du Festival de Toulouse, Julien Martineau, dans son rôle de directeur artistique cette fois, s’est dit satisfait de ce 3et édition qui s’achève : « Plusieurs concerts ont affiché complet, dont ceux d’Ibrahim Maalouf, Kyle Eastwood, Jean-François Zygel ou encore celui de Tatiana Gronti avec le Gospel Symphony Orchestra en ouverture du festival. Depuis le milieu du festival, l’objectif financier est atteint. Les 150 000 € restants pour la collectivité sont équilibrés grâce aux entrées et au mécénat. Les coûts ont également été réduits en travaillant avec une petite équipe de passionnés qui a réussi à réunir musique classique et musique populaire. »

Lire aussi :
Ibrahim Maalouf, Kyle Eastwood, Christophe Willem… Le Festival de Toulouse démarre samedi, voici à nouveau la programmation

D’un point de vue artistique, la création entre Ibrahim Maalouf et l’Orchestre National du Capitole, en hommage au 80e anniversaire de la mort d’Antoine de Saint-Exupéry, fut une réussite aussi émotionnelle que populaire. Un beau moment de complicité artistique aussi, dans un tout autre registre, entre Christophe Willem et Yvan Cassar dans le cadre atypique du Théâtre du Capitole. Et si le succès du Festival de Toulouse résidait dans ses créations.

Samedi 13 juillet à 21h, à l’auditorium Saint-Pierre des Cuisines (Place Saint-Pierre) à Toulouse. Tarifs : de 15 € à 29 €. Tél. 05 17 42 31 31. metropole.toulouse.fr/actualites/festival-de-toulouse
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Jean-Marc et Marie Rivière fêtent 50 ans d’amour ce 14 juillet ! – .
NEXT Deux projets majeurs dans la MRC du Domaine-du-Roy rejetés – .