un suspect présenté au tribunal de Paris – .

un suspect présenté au tribunal de Paris – .
un suspect présenté au tribunal de Paris – .

Il lui a fallu quelques secondes pour dérober ce téléphone portable. Et cela pourrait lui coûter, au final, quelques années de prison. Un homme de 44 ans a été déféré ce mercredi soir devant le tribunal dans le cadre de l’enquête pour meurtre ouverte par le parquet de Paris après la mort d’un client d’un bistrot dimanche, rue d’Avron (20e). Il avait été interpellé le lendemain à l’issue d’enquêtes menées par le deuxième district de la police judiciaire (2e DPJ).

Tarek, un Tunisien d’une trentaine d’années, a été poignardé à mort alors qu’il buvait du thé à la terrasse du Zinc 62, un petit bar-restaurant sans prétention. Il venait de se battre avec un autre client de l’établissement, qu’il accusait de lui avoir volé son téléphone.

Le Tunisien avait laissé son téléphone portable sur le comptoir du bar pour aller aux toilettes. Lorsqu’il est ressorti, l’appareil n’était plus là. Il a cru le voir dans la poche d’un autre client. Et bien sûr, une dispute a aussitôt éclaté. Tarek avait crié « des noms et des insultes » à son voleur, nous a raconté l’un des témoins de la scène.

Agacé d’être ainsi accusé, l’homme a quitté le bar avant de revenir « dix minutes plus tard avec un couteau », selon le même témoin. Il a ensuite poignardé sa victime au thorax, avant d’enfourcher son vélo et de quitter les lieux. Grièvement blessé, Tarek s’est aussitôt levé de sa chaise, a fait quelques pas vers le comptoir, avant de s’effondrer dans la salle. Il a été déclaré mort le soir même à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Un décès qui avait visiblement choqué les amis de la victime. Ils décrivaient Tarek comme quelqu’un de « gentil et travailleur ». Il répétait qu’il irait bientôt voir sa mère en Tunisie.

Le suspect interpellé habitait non loin du bistrot où a eu lieu le drame. Il travaillait dans une boulangerie depuis fin juin mais ne s’était pas présenté depuis la fin de la semaine dernière. Il aurait eu des problèmes d’argent. Voulait-il vraiment assassiner sa victime ? Durant sa garde à vue, il aurait gardé le silence. Ses avocats, Roxane Best et Charles Sabbe, n’ont pas souhaité faire de commentaires pour le moment, « le temps que l’enquête fasse la lumière sur le décès de la victime ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Nécrologie. Le professeur Jean-Michel Rogez n’est plus – .
NEXT Georges Mikautadze quitte le FC Metz et rejoint l’OL – .