quatre amis ouvrent le premier club de cigares à Cannes – .

quatre amis ouvrent le premier club de cigares à Cannes – .
quatre amis ouvrent le premier club de cigares à Cannes – .

Ce n’est peut-être pas une question de société majeure, mais elle mérite d’être posée : en 2024, fumer le cigare est-il dépassé ?

Pas pour eux, qui ont décidé de bousculer les codes à leur manière et de prouver que le cigare peut être « une passion comme une autre » qui correspond parfaitement à leur style de vie. Ils sont les quatre membres fondateurs du premier club de cigares de Cannes, le « Cannes Cigares Club ».

En février dernier, Hubert Doucelin, Stéphane Touron, Tanguy Cara et Julien Hocquaux, amis et passionnés de cigares, décident de franchir le pas. « Au début, nous étions un petit groupe d’amis passionnés, déclare Hubert Doucelin, le président, qui nous accueille pour une soirée casual chic sur la plage du Miramar à Cannes. Nous avons décidé de former un petit club ultra élégant d’une vingtaine de membres, avec un noyau dur d’amis qui viennent tous d’horizons différents mais qui partagent cette passion commune.

« Une passion commune »

Une passion qui peut dérouter certaines personnes, mais pas elles. « Vous savez, une passion est une passion, et une passion ne se discute pas, sourit Stéphane Touron, secrétaire du club. On est passionné ou on ne l’est pas, on comprend les gens qui ne le sont pas, on comprend les gens qui peuvent être dérangés par le cigare, la fumée, mais pour nous, ça reste une passion. Si vous parlez à des fans de Harley Davidson qui font beaucoup de bruit, ils vous diront que le bruit est mélodieux, qu’on peut le comparer à Mozart et à un opéra… Pour nous, c’est pareil (rires).

Alors comment apprend-on à apprécier les cigares ? « Pour ma part, j’ai retrouvé, à travers le cigare, des saveurs qui se rapprochent un peu du vin ou du whisky, poursuit Hubert Doucelin. « Nous avons une question de terroir, où le savoir-faire se ressent à chaque bouchée. Nous utilisons tous nos sens : le côté visuel, avec l’envie de l’allumer, de contempler un objet vraiment beau. Nous avons le côté tactile : est-il moelleux ? Sec ? C’est le moment où nous le prenons en main. Puis nous le découpons, droit, en « V » ou à l’emporte-pièce. En fonction de cela, il aura un goût et des saveurs différentes. »

« Nous échangeons des émotions »

Une dégustation qui s’avère aussi et surtout être un prétexte à se retrouver. « C’est exactement ça, confirme Stéphane Touron. Il y a un côté très agréable à prendre un moment dans la journée, à se retrouver entre amis. Et ce qui est assez amusant, c’est que quand on se retrouve, on partage les émotions que ça peut procurer, la sensation, le goût de la fumée dans la bouche, la saveur. »

Et les femmes?

Qu’en est-il de la place des femmes dans les clubs de cigares ? « Il est vrai que la grande majorité des membres des clubs de cigares sont des hommes, admits Stéphane Touron. Mais le nôtre est mixte et accueille les femmes. » Comme Samia, un véritable puits de science du cigare. « Mon amour pour les cigares est né à Cuba, elle explique. Là, j’ai appris à vraiment apprécier les saveurs. D’ailleurs, tout le monde en fume : les jeunes, les seniors. Il n’y a pas de cigarettes. Pour moi, c’est un moment de réflexion, de sérénité.

Victime de son succès, le « Cannes Cigars Club » séduit de plus en plus d’amateurs… mais attention à consommer avec modération. « Nous accueillons de plus en plus de femmes et d’hommes, nous avons à cœur de partager traditions et passions. En revanche, nous sommes conscients qu’il ne faut absolument pas abuser du cigare et de toutes les mises en garde. Il n’y a aucune ambiguïté ! »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Week-end du 14 juillet : comment éviter les embouteillages ? : Actualités – .
NEXT Émission « Monsieur le Prêtre est en crise » – Chapelle Béthanie – HOUILLES, 78800 – .