Le commerce de détail suisse a connu un premier semestre morose.

Le commerce de détail suisse a connu un premier semestre morose.
Le commerce de détail suisse a connu un premier semestre morose.

Le commerce de détail a l’air morose. Selon la Fédération suisse du commerce de détail, qui représente le commerce de détail suisse sans la grande distribution, le premier semestre 2024 a été aussi morose que le printemps.

L’organisation faîtière a procédé à une évaluation des transactions par carte de débit et de crédit. Et si les chiffres de vente définitifs ne sont pas encore disponibles, elle s’attend déjà à une baisse des volumes. « Alors que le premier trimestre renoue avec les chiffres de croissance de 2023 grâce à un fort dynamisme du commerce de détail alimentaire stationnaire, les données du deuxième trimestre indiquent une stagnation voire une baisse des ventes », écrit mercredi l’organisation faîtière.

Le commerce en ligne est particulièrement sous pression. Au premier semestre 2024, la Fédération suisse du commerce de détail s’attend à un recul de 3% par rapport à 2022. Les secteurs du multimédia, des fournitures de bureau, du bricolage et de l’horlogerie et de la bijouterie souffrent le plus. Le segment de l’habillement et des chaussures est également en net recul. Heureusement, le secteur alimentaire, qui se porte bien, sauve quelque peu la mise.

La Fédération suisse du commerce de détail pointe du doigt le tourisme d’achat, qui continue de croître. Et dénonce les plateformes d’achat en ligne étrangères comme Temu, qui connaissent une forte croissance et mettent à mal leurs concurrentes suisses. «Nous prévoyons une perte de chiffre d’affaires du commerce de détail suisse de plus de 10 milliards de francs en raison du tourisme d’achat d’ici 2024, dont environ 2,5 milliards dans le secteur en ligne», relève l’organisation faîtière, qui a déposé plainte contre Temu.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Menton lance sa nouvelle saison culturelle – .
NEXT Comment le « grand plongeon » d’Anne Hidalgo dans la Seine est devenu une épreuve politique.