La lenteur du Québec à négocier le traité Petapan dénoncée à l’ONU – .

La lenteur du Québec à négocier le traité Petapan dénoncée à l’ONU – .
La lenteur du Québec à négocier le traité Petapan dénoncée à l’ONU – .
Le chef de la Première Nation des Pekuakamiulnuatsh, Gilbert Dominique et le conseiller en négociation de la Première Nation des Innus de Nutashkuan, Nicolas Wapistan. (Photo gracieuseté)

Les membres du Groupe Petapan ont participé pour la première fois à une instance des Nations Unies pour souligner l’impasse dans les négociations avec le Québec pour en arriver au projet de Traité Petapan..

Le chef de la Première Nation des Pekuakamiulnuatsh, Gilbert Dominique, participe cette semaine à la 17e session du Mécanisme d’experts des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones à Genève, en Suisse.

Ce dernier prétend vouloir mettre en lumière l’attitude réfractaire du gouvernement du Québec qui, en mettant en péril la conclusion du Traité de Petapan, contrevient à la Déclaration de l’ONU sur les droits des peuples autochtones (DNUDPA).

Le chef Dominique a également prononcé un discours dans lequel il a déploré une « non-reconnaissance du gouvernement du Québec qui entraîne de nombreuses conséquences pour nos peuples. La plus évidente est l’impossibilité pour nos Nations de faire respecter la Déclaration et de faire respecter les droits qui y sont reconnus. Cette position fermée du Québec nous empêche également de mener à terme la négociation d’un Traité moderne, que nous négocions depuis plus de 40 ans. »

Rappelons que du côté fédéral, les négociations avec les chefs des communautés innues d’Essipit, de Mashteuiatsh et de Nutashkuan sont complétées depuis le printemps 2023. Ce traité règle plusieurs différends juridiques après 40 ans de négociations et permet aux trois communautés concernées d’obtenir pleinement leur autonomie gouvernementale.

Le gouvernement provincial s’était engagé à ce que le 31 mars 2023 soit atteint, mais une impasse est depuis dénoncée par les trois communautés innues.

Le chef Dominique n’est pas seul à Genève cette semaine. Il est accompagné de Nicolas Wapistan, coordonnateur des négociations pour la Première Nation innue de Nutashkuan.

Ce dernier a invité les principales institutions onusiennes concernées par les droits des peuples autochtones à se pencher de près sur le cas du Québec. « Nous souhaitons interpeller les organisations concernées au niveau des Nations Unies, notamment le Mécanisme d’experts, l’Instance permanente et le Rapporteur spécial. […]Il s’agit d’une question fondamentale pour la mise en œuvre de la Déclaration qui se trouve peut-être dans votre angle mort. Pour nous, c’est un enjeu de société.

Le Groupe Petapan représente les Premières Nations innues d’Essipit, de Mashteuiatsh et de Nutashkuan, deux sur la Côte-Nord et une au Lac-Saint-Jean. La population totale de ces trois communautés s’élève à un peu plus de 14 400 personnes.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Que pensent les Belges de la reine Mathilde ? Voici leur bilan – .
NEXT 15 départements en vigilance orange, dans une grande partie de l’est de la France – Libération – .