détails du projet – .

détails du projet – .
détails du projet – .

Ce mercredi, la Ville de Lyon a présenté le futur projet de la galerie des Terreaux. Cette dernière, fermée depuis plus de 30 ans, devrait accueillir une cité des réparateurs.

Après plus de 30 ans de sommeil forcé, la galerie des Terreaux va reprendre vie d’ici 2027. Ce mercredi, la Ville de Lyon, accompagnée de la SEM Patrimoniale du Grand Lyon, structure de la Métropole impliquée dans la gestion d’actifs et de projets immobiliers, a présenté le futur projet qui devrait voir le jour au sein de cette galerie située face à l’Hôtel de Ville, dans le 1est quartier de Lyon.

Lire aussi :Lyon : la galerie des Terreaux rouvre ses portes ce samedi !

UN “cité des artisans réparateurs« prendra possession des lieux fin 2027 après plus de trois ans de travaux. Des travaux rendus possibles par l’achat l’an dernier par la Ville de Lyon de l’intégralité de la galerie. »Nous possédions déjà la quasi-totalité du bâtiment mais il nous manquait 30 m2 pour pouvoir réellement lancer un projet de cette envergure.” explique Sylvain Godinot, délégué adjoint à la transition écologique et au patrimoine.

Lire aussi :Le projet de réouverture de la galerie des Terreaux avance

Début des travaux l’été prochain

«Nous souhaitons réaliser un projet axé sur l’artisanat local et l’économie circulaire« explique Grégory Doucet. »Dans cette galerie, les Lyonnais pourront retrouver les meilleurs savoir-faire et venir faire réparer différents objets.« continue le maire. »Le but c’est vraiment que demain, quand on aura quelque chose à réparer (des vêtements, des chaussures, des bijoux, des montres ou même des ordinateurs) on puisse venir ici. On veut faire de cette galerie un véritable hub sur ces sujets.” ajoute Camille Augey, déléguée adjointe à l’économie durable, également présente pour la présentation du projet.

La galerie des Terreaux accueille actuellement une exposition temporaire. (@Vincent Guiraud)

Bien que la municipalité admette qu’elle doit encore travailler et peaufiner le projet pour choisir au mieux les commerçants qui viendront s’installer dans cette galerie rénovée, elle n’a pas exclu l’idée d’ouvrir les locaux à d’autres types d’activités.Si toutes les cellules ne trouvent pas preneurs pour l’activité de réparation, nous envisagerons d’accueillir d’autres activités autour de l’artisanat.” ajoute Camille Augey.

Une vingtaine de locaux commerciaux

Deux phases de travaux débuteront à l’été 2025, pour un coût total de 5,6 millions d’euros (1,6 million pour les travaux réalisés par la Ville de Lyon et 4 millions pour l’aménagement du bâtiment). Dans un premier temps, la Ville, propriétaire du bâtiment, réalisera des travaux de mise aux normes jusqu’à fin 2026. Par la suite, la SEM Patrimoniale réalisera des travaux d’aménagement pour proposer à terme une vingtaine de locaux commerciaux d’ici fin 2027. Sur les 1200m2 du bâtiment, 700 seront utilisés comme locaux commerciaux.

Lire aussi : La Ville de Lyon envisage de rouvrir la Galerie des Terreaux pour accueillir les artisans

La Ville louera les locaux à la SEM Patrimoniale du Grand Lyon via un bail emphytéotique de 90 ans qui devrait être signé l’année prochaine.

Ce projet viendra «enrichir l’offre commerciale et économique de la péninsule« selon la Ville. »Nous avons déjà un réseau très riche d’artisans qui proposent ce type d’activité sur notre territoire. Mais dans ce lieu, nous allons venir encourager encore plus les activités de réparation” témoigne Yasmine Bouagga, maire de 1est quartier de Lyon.

Un appel à candidature devrait être lancé à l’issue des travaux pour sélectionner la vingtaine de commerçants qui viendront prendre possession des lieux. D’ici là, la galerie des Terreaux devrait être partiellement occupée par divers événements ou expositions, avant de fermer ses portes pendant au moins trois ans pendant la période des travaux.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les parcs-éponges de Montréal absorbent la tempête – .
NEXT Qu’est-ce qu’un bain de forêt ? Nous l’avons testé pour vous dans la forêt de Compiègne.