Lyon 1er. Le projet de la Ville pour la Galerie des Terreaux dévoilé – .

Lyon 1er. Le projet de la Ville pour la Galerie des Terreaux dévoilé – .
Lyon 1er. Le projet de la Ville pour la Galerie des Terreaux dévoilé – .

Elle avait déjà retrouvé un nouveau souffle entre avril et juin grâce au festival Airt de famille.

Mais on savait que la Ville travaillait à la réouverture définitive de la galerie de 1200 m2, fermée depuis 1991. La galerie de l’ancien Bazar de l’Hôtel de Ville était autrefois un point d’accès pour faciliter la liaison entre la place des Terreaux et les quais de Saône, avant de devenir un centre commercial.

A lire aussi sur Tribune de Lyon : La galerie des Terreaux reprend vie avec le festival Airt de Famille

La Ville de Lyon et le 1er arrondissement avaient depuis le début de la mandature un projet visant à en faire la Cité des Artisans Réparateurs. Pour ce faire, Lyon avait racheté en janvier les parties communes des trois immeubles qui l’entouraient, se rendant ainsi propriétaire de l’intégralité des locaux. Il a fallu quelques années pour rassurer et convaincre les copropriétaires qui jouxtent les lieux, particulièrement inquiets d’éventuelles nuisances futures.

Elle peut désormais lancer sérieusement son projet de Cité des réparateurs, qu’elle a expliqué plus en détail sur place mercredi matin.

À quoi ressemblera la Cité des Artisans Réparateurs ?

Un lieu où chacun peut venir faire réparer petit électroménager, vêtements, chaussures, ordinateurs, bijoux, montres… par des artisans de l’économie circulaire et des entreprises de l’économie sociale et solidaire. « qui ne trouvent pas leur place dans l’immobilier traditionnel aujourd’hui »explique la vice-présidente de la Métropole chargée de l’économie, Emeline Baume.

Une fois les travaux terminés, 700 m2 et une vingtaine de locaux commerciaux seront disponibles à des tarifs préférentiels : de 70 à 250 euros le mètre carré de loyer.

La galerie sera ensuite rouverte aux deux extrémités, mais restera fermée le soir et la nuit.

Pourquoi y a-t-il 5,6 millions d’euros de travaux ?

Fermée depuis trente ans, la galerie a été modifiée au fil des occupations : un faux plafond a été installé, les locaux commerciaux actuels « mangent » l’espace d’origine… Il faut tout remettre à nu avant même de commencer à aménager les lieux.

C’est ainsi que s’explique le montage du projet, qui associe la Ville de Lyon à la SEMpat, la SEM Patrimoniale du Grand Lyon. Présidée par Emeline Baume, c’est un outil commun à Lyon, Villeurbanne, Vénissieux, Vaulx-en-Velin, la Banque des Territoires, la Caisse d’Epargne.

La Ville signera donc un bail emphytéotique de 99 ans sur le site au profit de SEMpat, qui amortira ainsi sur le long terme les 4 millions d’euros de travaux qu’elle devra réaliser après les démolitions réalisées par la Ville de son côté, pour 1,6 million d’euros.

Les travaux de la Ville débuteront à l’été 2025 et dureront jusqu’à fin 2026. Ils impliqueront un nettoyage complet, pour revenir aux volumes d’origine. Le faux plafond sera retiré pour redécouvrir la « verrière » au-dessus, une voûte concave en béton percée de bases de verre apportant de la lumière mais recouverte de goudron pour la protéger des fuites d’eau. La verrière ne sera donc pas une source de lumière naturelle.

Les réseaux seront démontés, ainsi que les façades, les alvéoles actuelles, pour revenir aux murs porteurs.

Puis, sur un an et demi à deux ans supplémentaires, auront lieu les véritables travaux d’aménagement, conçus par Sud Architectes, qui amèneront l’ouverture du site vers fin 2027, début 2028. Un chantier éminemment complexe, suivi de près par les Bâtiments de France et sur un site entouré de logements.

En attendant la fin des travaux, la galerie restera ouverte et sera le lieu d’autres occupations temporaires. Avant de fermer à nouveau pour trois ans. Pour la dernière fois.


 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV l’assaut final vers les Jeux Olympiques • La Voix de l’Ain – .
NEXT Un homme arrêté après avoir menacé des enfants avec deux couteaux – .