Siciliano et Daigle font appel de leurs peines – .

Siciliano et Daigle font appel de leurs peines – .
Siciliano et Daigle font appel de leurs peines – .

Condamnés respectivement à 30 et 32 ​​mois de prison, Massimo Siciliano et Nicolas Daigle ont officiellement fait appel de leur sentence. Les anciens hockeyeurs des Tigres déposent une requête, arguant que la sentence est «manifestement inadaptée» et demandant également à être libérés pendant le procès.

• Lire aussi : « J’ai agi en bon père » : le directeur général des Tigres de Victoriaville, Kevin Cloutier, nie avoir banalisé les gestes de Nicolas Daigle et Massimo Siciliano

• Lire aussi : Des hockeyeurs coupables de viol : pénitencier pour deux anciens joueurs des Tigres de Victoriaville

La demande d’appel complète a été déposée mardi à la Cour d’appel du Québec dans le cas de Massimo Siciliano, moins de 24 heures après que le jeune homme de 21 ans ait été reconnu coupable d’agression sexuelle.

Dans le cas de Nicolas Daigle, son avocat, Meet Michel Lebrun, confirmé à la Journal son client a également fait part de son désir de faire appel. La demande devrait être officiellement déposée plus tard mercredi.


Photo avec l’aimable autorisation de JONATHAN ROY / LHJMQ

L’avocat de Siciliano, Charles Levasseur, affirme dans sa requête que la peine imposée à son client est inappropriée « compte tenu de la preuve, des circonstances et des faits allégués ».

Il demande que la peine soit annulée et remplacée par une peine avec sursis ou une peine communautaire comme le suggère la défense.

Met Lebrun souligne que les grandes lignes de la demande de son client seront les mêmes.

  • Écoutez l’interview de Pierre-Paul Biron, journaliste à Journal de Montréal, au micro d’Alexandre Moranville sur VIEUX:
Des motivations multiples

Dans sa demande, M.et Levasseur soutient que le juge Thomas Jacques a commis certaines erreurs de principe qui ont eu « une influence déterminante » sur la peine imposée au hockeyeur.

La défense estime que le magistrat n’a pas pris en compte notamment le principe d’individualisation de la peine, « en omettant de prononcer une peine qui visait uniquement et uniquement l’infraction commise ».

La défense soutient également que le juge a commis des erreurs dans les facteurs aggravants et atténuants considérés, soulignant que certains des éléments soulevés n’avaient pas été prouvés hors de tout doute raisonnable.


Photo DIDIER DEBUSSCHERE

Le juge Jacques a ensuite conclu à un abus de confiance, compte tenu de la relation entre les joueurs et l’employé. Le clan Siciliano soutient toutefois que le juge a commis des erreurs dans « l’application des notions d’abus et de confiance ».

La défense allègue également des « conclusions extrêmement négatives » en faveur de Siciliano dans la décision.et Levasseur souligne notamment le fait que Siciliano a imposé sa présence à la plaignante, puis le fait qu’elle l’a informé de l’absence de consentement, ce que la défense considère comme erroné.

Libération demandée

Au vu de ces arguments, Massimo Siciliano demande à être libéré pendant la procédure d’appel. Il invoque notamment en sa faveur le fait que le risque de récidive est reconnu comme « extrêmement faible » et que son incarcération n’avait pas été demandée par le parquet pendant la procédure.

Siciliano demande que cette demande de mise en liberté provisoire soit présentée vendredi.

Nicolas Daigle déposera également le même type de demande de libération dans sa prochaine requête.

Avez-vous des informations à partager avec nous sur cette histoire ?

Écrivez-nous à ou appelez-nous directement au 1-800-63SCOOP.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV A Neubourg, la Croix-Rouge attend toujours d’intervenir – .
NEXT Trois Croates, dont deux jeunes filles, soupçonnés de plusieurs cambriolages, interpellés à Roanne