un autre restaurant fermé – .

un autre restaurant fermé – .
un autre restaurant fermé – .

Par

Thomas Hoffmann

Publié le

9 juillet 2024 à 19h34

Voir mes actualités
Suivez la Gazette du Val d’Oise

Trois semaines après la fermeture de l’établissement sous-marin du Pacifique suite à une contrôle sanitaireun nouveau restaurant à Franconville (Val-d’Oise) a dû fermer ses portes pour raisons d’hygiène.

Ce mardi 9 juillet 2024, la préfecture du Val-d’Oise a annoncé avoir ordonné la fermeture administrative de l’établissement Directeur générallocated at 395, rue du Général Leclerc.

Spécialisé dans la vente de burgers, le fast-food a reçu la visite surprise de policiers Direction Départementale de la Protection des Populations du Val-d’Oise (Ddpp 95) dans le cadre d’une inspection visant à s’assurer que les règles d’hygiène étaient correctement respectées, cela n’était cependant pas concluant.

Plusieurs infractions constatées lors de l’inspection sanitaire

Dans leur rapport, ces derniers ont indiqué avoir constaté plusieurs infractions :des locaux, des équipements et du matériel sales et mal entretenus, des aliments stockés dans des conditions inadéquates et dont la traçabilité n’était pas assurée, saumon cru en conservation à une température non conforme de 11,7°C, bonnes pratiques d’hygiène non respectées et lutte antiparasitaire non maîtrisée, la préfecture précisant que des excréments de rongeurs avaient été retrouvés dans les cuisines.

« En raison de ces manquements et en raison des risques de contamination ou de développement de micro-organismes et d’intoxication alimentaire, l’établissement a été fermé », a précisé la préfecture avant d’ajouter que « la mesure de fermeture sera levée dès que l’établissement sera conforme aux normes en vigueur ».

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon Actualité.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’ingénieur de Lewis Hamilton révèle sa résistance à Max Verstappen – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné