Deuxième refus du gouvernement pour une deuxième glace – .

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a exprimé sa « profonde déception », le 8 juillet, après avoir annoncé un deuxième refus de financement du gouvernement Legault pour un projet d’ajout d’une deuxième patinoire à l’aréna de Lévis.

Rappelons que le projet avait effectivement essuyé un premier refus en 2020 et que l’administration Lehouillier était revenue à la charge avec un deuxième dépôt en novembre 2023. Concrètement, le projet déposé par la Ville de Lévis s’inscrit dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures de loisirs, de sports et de plein air (PAFIRSPA).

« Avec ce refus, plus de 155 000 citoyens se voient privés d’un complexe sportif essentiel pour démocratiser l’accès aux infrastructures sportives et améliorer l’offre sur le territoire, considérant la croissance soutenue de notre population et l’augmentation constante des inscriptions aux sports de glace. Nous sommes d’autant plus étonnés que les signaux reçus sur le dossier semblaient laisser entrevoir une issue plus favorable », a d’abord déploré le maire de Lévis.

Le coût total d’un tel projet étant estimé à un peu moins de 40 millions de dollars, la Ville de Lévis avait demandé une subvention de 20 millions de dollars au gouvernement du Québec. Ce projet consiste à agrandir l’aréna de Lévis pour y inclure une deuxième patinoire de dimension olympique et les usages qui y sont associés. Il comprend la mise aux normes du bâtiment existant, l’intégration de l’accessibilité universelle, la centralisation du service de restauration, le resurfaçage pour uniformiser le langage architectural entre l’agrandissement et le bâtiment existant, ainsi que la construction d’un nouveau stationnement et le réaménagement des stationnements existants.

« Nous faisons la queue et attendons »

La déception du maire est d’autant plus grande que le député de Lévis et ministre responsable de Chaudière-Appalaches, Bernard Drainville, et la ministre responsable du Sport, du Loisir et du Plein air, Isabelle Charest, accordent une grande importance au projet. Ils ont répété à maintes reprises leur souhait de voir le projet se concrétiser.

«Pendant la campagne électorale, c’était l’engagement numéro un du député de Lévis qui était proclamé sur toutes les plateformes. Il m’a demandé de déposer le projet le plus rapidement possible, ce que nous avons fait. Depuis, nous étions convaincus que nous l’aurions enfin. C’est une déception de ce côté-là», a indiqué Gilles Lehouillier.

Ce dernier a également voulu faire un lien avec les réparations prévues sur le toit du Stade olympique. Selon lui, le problème est un manque de financement pour les infrastructures sportives dans la région.

« Le gouvernement n’a pas assez de fonds pour les installations sportives en région. Si on veut s’assurer que les gens restent en région, il faut au moins des installations sportives. Le fait est qu’on trouve des milliards de dollars pour le toit du Stade olympique et on ne sait même pas à quoi ça va servir, alors que lorsqu’on arrive aux installations régionales, on ne donne qu’un maigre 300 millions de dollars répartis entre 17 régions », a mentionné Gilles Lehouillier.

Par ailleurs, le maire de Lévis a admis avoir « surestimé » l’impact d’avoir deux élus lévisiens au conseil des ministres.

« C’est sûr (que j’ai surestimé l’importance d’avoir deux élus à Lévis) ! Je dois dire que je suis déçu puisque ce n’est pas moi qui ai pris cet engagement. C’est malheureux parce qu’on a deux ministres à Lévis et ils n’ont même pas été capables de nous donner la priorité numéro un du député », a conclu le maire.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Cresswell et Dallinga n’ont pas joué… on vous explique pourquoi – .
NEXT Nuits Magiques [En images] – .