La pénurie de logements reste stable dans le canton de Vaud – .

La pénurie de logements reste un sujet d’actualité dans le canton de Vaud, même si elle reste relativement stable par rapport à l’année dernière. Le taux de logements vacants s’élevait à 0,96% au 1er juin 2024, contre 0,98% un an plus tôt.

Au total, 4202 logements étaient vacants au 1er juin. Ceux-ci «se répartissent entre 1253 objets destinés exclusivement à la vente et 2949 proposés à la location ou sur les deux marchés», précise mardi Statistique Vaud dans un communiqué. Le nombre d’objets destinés exclusivement à la vente a augmenté (+324) tandis que ceux destinés à la location ou sur les deux marchés ont diminué (-352).

Comme l’année précédente, la plupart des logements vacants sont des logements de trois pièces (1 136 unités) ou de quatre pièces (921 unités). Le nombre de logements vacants de une à quatre pièces a diminué, tandis que ceux de cinq et six pièces ou plus ont augmenté.

L’Ouest lausannois tire la langue

Le marché du logement est considéré comme équilibré lorsque le taux de vacance atteint 1,5%, ce qui n’est plus le cas depuis 1999, rappelle Statistique Vaud. A ce titre, les districts vaudois connaissent des fortunes diverses.

L’Ouest lausannois présente le taux de vacance le plus faible (0,47%), suivi de Lausanne (0,62%). A l’inverse, les districts d’Aigle et de Broye-Vully présentent les taux les plus élevés avec respectivement 1,81 et 1,31%.

Par rapport à l’année dernière, c’est le district de Riviera-Pays-d’Enhaut qui enregistre la plus forte baisse (-0,31%) à 0,85%, devant le district du Gros-de-Vaud qui perd 0,22 point de pourcentage à 0,67%. C’est dans les districts d’Aigle (+0,24%) et de Morges (+0,21%) que le taux a le plus fortement augmenté, avec respectivement 1,81 et 1,04%.

Autre observation

La situation n’est toutefois pas aussi tendue, selon la section vaudoise de l’Union suisse des professionnels de l’immobilier (USPI), qui mène chaque année une enquête en parallèle des chiffres officiels de Statistique Vaud. «Alors que le canton de Vaud se trouve toujours dans une situation de pénurie de logements, nous observons une détente du marché avec une augmentation du taux de logements vacants sur le marché locatif à 1,44%», écrit-elle mardi dans un communiqué.

L’USPI estime également que trois quartiers (Aigle, Riviera-Pays-d’Enhaut et Lavaux-Oron) sont sortis de la pénurie de logements, avec des taux de vacance respectifs de 5,87%, 2,36% et 1,60% sur le marché locatif.

Comme les autres années, l’USPI attribue ces écarts à une méthodologie de calcul différente. «Statistique Vaud rapporte le nombre de logements vacants (à louer ou à vendre) annoncés par les communes vaudoises sur l’ensemble du parc immobilier».

« Encadrer » la population

L’USPI juge « réjouissant » de constater que même si l’offre de logements « reste insuffisante dans un certain nombre de quartiers », elle est néanmoins en augmentation. Elle dénonce toutefois la lenteur des procédures administratives couplée au manque de main d’œuvre et de matières premières ainsi que le refus des projets de construction par la population.

« Il faut accélérer les procédures administratives et encadrer les droits populaires, afin que l’offre puisse répondre le plus rapidement possible à la demande de logements », conclut-elle.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Netanyahu ne veut pas d’hôpital en Israël… Les résultats du 286e jour – .
NEXT La mairie demande au préfet de police de revoir les barrières dans le centre de Paris – .