plus de 4,2 millions de tonnes de nourriture jetées par les Marocains en 2022 – Consonews – .

plus de 4,2 millions de tonnes de nourriture jetées par les Marocains en 2022 – Consonews – .
plus de 4,2 millions de tonnes de nourriture jetées par les Marocains en 2022 – Consonews – .

Le gaspillage alimentaire au Maroc continue d’augmenter. En 2022, les ménages marocains ont jeté plus de 4,2 millions de tonnes de nourriture, selon un récent rapport du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE).

Le rapport indique que chaque Marocain a jeté en moyenne 113 kg de nourriture en 2022, contre 91 kg l’année précédente. En termes absolus, cela représente 4 219 805 millions de tonnes de nourriture jetées en 2022, contre 3 319 524 millions de tonnes en 2021.

À l’échelle mondiale, le gaspillage alimentaire représente plus de 1 000 milliards de dollars par an, soit plus d’un tiers de la production alimentaire totale. Ce gaspillage occupe plus d’un quart des terres agricoles mondiales. Les services de restauration, notamment les cantines et les restaurants, sont responsables de 28 % de ce gaspillage, tandis que les supermarchés et autres détaillants alimentaires en représentent 12 %.

En 2022, les ménages du monde entier ont gaspillé plus d’un milliard de repas par jour, tandis que 783 millions de personnes souffraient de la faim et qu’un tiers de la population mondiale était confrontée à l’insécurité alimentaire.

Le rapport souligne que les pays plus chauds produisent davantage de déchets alimentaires par habitant et que les niveaux de déchets sont relativement similaires dans les pays ayant des niveaux de revenu différents.

Le gaspillage alimentaire a des conséquences dévastatrices sur l’environnement et les populations. Il est responsable de 8 à 10 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, soit près de cinq fois celles du secteur aérien, et contribue à une perte importante de biodiversité en raison de l’utilisation d’un tiers des terres agricoles mondiales.

Inger Andersen, directrice exécutive du PNUE, a déclaré : « Il s’agit non seulement d’un problème de développement majeur, mais les conséquences de ce gaspillage inutile ont des conséquences considérables sur le climat et la nature. La bonne nouvelle est que lorsque les pays en font une priorité, il est possible d’inverser considérablement les pertes et le gaspillage alimentaires, de réduire les impacts climatiques, de réduire les pertes économiques et d’accélérer les progrès vers les objectifs mondiaux. »

Pour lutter contre ce problème et atteindre les Objectifs de développement durable, notamment l’ODD 2 sur la sécurité alimentaire et l’agriculture durable, ainsi que l’Objectif 12.3 qui vise à réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2030, le rapport recommande des actions à tous les niveaux de la chaîne d’approvisionnement, de la production à la consommation.

Le rapport met également en avant les partenariats public-privé comme une approche efficace pour réduire le gaspillage alimentaire. Ces partenariats impliquent la création d’accords de collaboration pour agir contre le gaspillage à différentes étapes de la chaîne alimentaire, en impliquant toutes les parties prenantes, de la production à la distribution.

Avec L’Opinion.ma

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La saison estivale se prépare sur fond de Jeux Olympiques – .
NEXT A quel prix Vannes achète-t-elle la Tour Poudrière pour la transformer en résidence d’artiste ? – .