Le gouvernement donne son feu vert, la mairie s’y oppose – .

Le gouvernement donne son feu vert, la mairie s’y oppose – .
Le gouvernement donne son feu vert, la mairie s’y oppose – .

Le gouvernement donne son feu vert aux taxis volants à Paris. Un décret publié ce mardi au Journal officiel autorise la création d’une plateforme flottante permettant le décollage et l’atterrissage de taxis volants électriques à Paris pendant les Jeux olympiques.

La plate-forme située sur la Seine à Austerlitz, réservée à ces machines, ” peut être exploité jusqu’au 31 décembre 2024 au plus tard ” par le groupe Aéroports de Paris (ADP), précise le décret gouvernemental, dont le feu vert était attendu depuis plusieurs mois dans ce dossier controversé.

« Compte tenu de son caractère expérimental « Le décret limite les horaires de fonctionnement de cet héliport » entre 8h et 17h ” et le nombre de vols “ à deux mouvements par heure et 900 vols sur toute la durée de l’expérience ” jusqu’à la fin de l’année.

Profitez de la vitrine olympique

ADP s’est associé dans ce projet à la région parisienne et à l’entreprise allemande Volocopter, qui fabrique le ” Volocité “, un avion biplace (y compris le siège du pilote), équipé de batteries alimentant 18 rotors disposés en couronne au-dessus du cockpit. L’objectif est de profiter de la vitrine olympique pour démontrer la faisabilité de ce nouveau mode de transport, destiné à relier différents sites de décollage et d’atterrissage, de” vertiports ».

Taxis volants : malgré les déboires, le groupe ADP déterminé à les voir voler aux JO 2024

Quatre de ces « vertiports » étaient déjà en exploitation, sur les aéroports de Paris-Charles-de-Gaulle et du Bourget, à Issy-les-Moulineaux dans le sud-ouest de Paris et à l’aérodrome de Saint-Cyr-l’Ecole près de Versailles. Il ne manquait plus qu’une autorisation pour ce cinquième site, une péniche qui a déjà élu domicile à Austerlitz, à l’est de la capitale. La ligne parisienne relierait le quai d’Austerlitz à l’héliport d’Issy-les-Moulineaux, en survolant la Seine vers l’est, puis le périphérique sud.

« Une aberration écologique » pour les élus municipaux

Mais, de son côté, la mairie de Paris va contester l’arrêté d’autorisation, a annoncé à l’AFP l’entourage d’Anne Hidalgo. Vitrine revendiquée de l’aviation décarbonée, cette expérimentation est très critiquée par de nombreux élus municipaux parisiens, de la majorité ou de l’opposition, qui dénoncent une « expérimentation décarbonée » projet absurde ” Et un ” aberration écologique ».

« Ce gouvernement n’a plus aucune légitimité démocratique et continue d’aller à l’encontre du Conseil de Paris. « qui s’était opposé à ce projet » anti-écologique » et « très cher “, a jugé le député à la Mobilité, David Belliard, sur France Bleu Paris.

« Il s’agit d’un pur greenwashing, un mode de transport fait pour les ultra-privilégiés pressés, puisqu’il n’y aura qu’un seul siège pour un seul passager. “, assurait en juin à l’AFP Dan Lert, député EELV de la Transition écologique, voyant dans la péniche d’Austerlitz un” passage forcé ». « Nos émissions de gaz à effet de serre sont 45 fois supérieures à celles d’un trajet en métro ” a-t-il ajouté, observant également que “ Les atterrissages d’urgence sont impossibles à Paris ».

Possibilité supplémentaire de transport médical d’urgence

En septembre, l’Autorité environnementale avait jugé l’étude d’impact « incomplet « en termes d’évaluation des nuisances sonores, de la consommation énergétique ou des émissions de gaz à effet de serre. En février, le commissaire enquêteur a estimé que l’expérience » n’était pas intéressant a priori “, si elle reste concentrée sur les vols commerciaux.

Les promoteurs de ces taxis volants insistent sur la possibilité de les utiliser ultérieurement – ​​grâce à des versions plus grandes – pour le transport médical d’urgence, qu’il s’agisse de patients ou de greffes.

En l’absence de certification de l’Agence européenne de la sécurité aérienne avant les JO, désormais attendus au mieux à l’automne, les porteurs du projet devront se contenter de vols de démonstration gratuits pendant les Jeux (26 juillet-11 août). Malgré les obstacles, les promoteurs de Volocity comptent toujours sur des passagers payants. avant la fin de l’année ».

Macron « bienvenu » pour tester des taxis volants pendant les Jeux olympiques

Le président Emmanuel Macron ” serait le bienvenu « venir tester des taxis volants pendant les JO de Paris », a déclaré le patron d’Aéroports de Paris (ADP) Augustin de Romanet dans un entretien à Ouest de la France20 jours avant le début du festival olympique.

« S’il voulait être le premier Européen à faire voler ce type d’engin, en conditions réelles, au moment des Jeux Olympiques, il serait le bienvenu. “, a déclaré Augustin de Romanet, s’adressant au président Macron. Le patron des aéroports parisiens (Charles-de-Gaulle et Orly) a profité d’une interview au quotidien régional de l’Ouest” d’adresser une invitation au Président de la République » et faire le point sur l’expérimentation des taxis volants électriques pendant les Jeux Olympiques (26 juillet-11 août).

(Avec AFP)

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Un véritable intérêt nutritionnel », pourquoi les coureurs sont si friands de sucreries après les étapes – .
NEXT Nos idées de sorties pour le week-end des 26, 27 et 28 juillet 2024 dans la Loire – .