plus de 100 campements de sans-abri démantelés à Montréal en 2024 – .

plus de 100 campements de sans-abri démantelés à Montréal en 2024 – .
plus de 100 campements de sans-abri démantelés à Montréal en 2024 – .

Au moins 110 campements de sans-abri ont été démantelés à Montréal depuis le début de 2024, dont certains aussi loin qu’à Pointe-aux-Trembles.

« On voit de nos propres yeux qu’il y a une recrudescence dans tous les quartiers », souligne Julie Grenier, porte-parole du Mouvement pour mettre fin à l’itinérance à Montréal.

L’arrondissement de Ville-Marie a réalisé à lui seul 100 démantèlements entre 1est Les 28 janvier et mai révèlent des données obtenues par Le journal en vertu de la Loi sur l’accès à l’information.

Tous les districts ne comptent pas les camps démantelés.

Un premier démantèlement a eu lieu au Plateau-Mont-Royal en 2024, selon les données obtenues.







Photo Agence QMI, JOEL LEMAY

Un camp de sans-abri situé dans le parc Jeanne-Mance, près du mont Royal, à Montréal

Mais certains arrondissements, comme Ahuntsic-Cartierville, n’ont jamais répondu à nos demandes d’accès à l’information. D’autres, comme Saint-Léonard et LaSalle, disent n’avoir aucun document à fournir.

À Verdun, deux camps ont été démantelés depuis 2019, sans donner plus de détails.

Explosion in Pointe-aux-Trembles

Dans l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, l’itinérance visible a explosé.

Rien que depuis le début de l’année 2024, huit camps ont été recensés dans le district, dont sept ont été démantelés, contre seulement deux pour toute l’année 2023 (voir ci-dessous).

Un campement de trois tentes et de quatre personnes a été signalé en mai à Rivière-des-Prairies, selon le document obtenu en réponse à une demande d’accès à l’information.

Tous les autres camps signalés ne comptent qu’une seule personne à Pointe-aux-Trembles. Dans la plupart des cas, ces personnes ont refusé d’être accueillies au moment de l’intervention.

« Il faut absolument un refuge dans l’est », plaide Michel Dorais, un travailleur de rue engagé depuis un an pour intervenir dans ce secteur de l’île.






Photo Anouk Lebel

Un homme a passé l’hiver dans cette tente près d’un pylône électrique, explique Michel Dorais, travailleur de rue à Pointe-aux-Trembles.

Il a apporté Le journal près d’une tente près d’un pylône électrique. Un homme y a passé l’hiver.

Il n’était pas là au moment de notre visite. Son campement n’a pas été démantelé, car il ne dérange personne, a souligné M. Dorais.

Dans les bois

Il sait qu’une femme vit dans la forêt. Mais lors de notre visite, son campement avait disparu.

« Elle ne veut rien savoir de la société, elle vit en marge. Elle n’a pas fait ses impôts depuis 15 ans, elle ne touche pas d’aide sociale. Elle ne demande rien. La seule chose que je peux faire, c’est garder contact quand je la vois », explique la travailleuse de rue.

Démantèlement des camps de sans-abri

Ville-Marie

Jusqu’au 28 mai 2024 : 100

2023 : 360

Sud-Ouest

Jusqu’au 28 mai 2024 : 2

2023 : 2

Prairie River–Pointe-aux-Trembles

Jusqu’au 28 mai 2024 : 7

2023 : 2

Côte des Neiges – Notre-Dame de Grâce

Jusqu’au 28 mai 2024 : 1

2023 : 7

Plateau Mont-Royal

Jusqu’au 28 mai 2024 : 1

2023 : 0

Mercier–Hochelaga–Maisonneuve

Jusqu’au 28 mai 2024 : 0

2023 : 5

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Au café Hourrah, Damien et Mélina font battre la vie un peu plus vite – .
NEXT Philippe avoue avoir dîné avec Le Pen, Bayrou y voit « un mauvais signal » – .