Un festival d’émotions pour les bacheliers du lycée de Tarbes – .

Un festival d’émotions pour les bacheliers du lycée de Tarbes – .
Un festival d’émotions pour les bacheliers du lycée de Tarbes – .

l’essentiel
Ce lundi 8 juillet après-midi, vers 14 heures, les élèves de terminale du lycée Théophile-Gautier ont découvert leurs résultats à l’épreuve du baccalauréat. Alors que consulter les résultats sur Internet est devenu monnaie courante, une vingtaine de lycéens courageux ont choisi d’aller chercher leur nom sur les panneaux d’affichage.

« On a pu voir les résultats sur Internet, mais on voulait venir entre amis : on est venu pour l’ambiance ! », s’exclame un lycéen… qui espère décrocher son diplôme ce jour-là.

Car, si chaque année, de moins en moins d’étudiants de dernière année font le déplacement, certains ont décidé de vivre la tradition : ils veulent vraiment voir si leur nom sera sur la liste d’admission.

Ce lundi 8 juillet, à partir de 14 heures, une vingtaine d’étudiants ont pris leur courage à deux mains et sont venus découvrir leurs résultats… « À l’ancienne » et en personne, sur les panneaux d’affichage d’une cour qu’ils connaissent par cœur.

C’est le grand jour

Les élèves sont réunis devant les portes du lycée Théophile-Gautier, centre d’examen. Le suspense est à son comble. Bisous et sourires crispés, poignées de main plus ou moins assurées… Au fond, tout le monde le sait : c’est aujourd’hui le grand jour. Dans la tête de tous ces jeunes, les scénarios les plus improbables se font et se défont. Des petites blagues sont faites pour détendre l’atmosphère, mais chacun consulte l’heure sur son téléphone plusieurs fois par minute.

Baptiste, 18 ans, est l’un des rares à être confiant : « L’épreuve de philo, et même celle de maths… ce n’était pas facile ! Mais honnêtement, je pense que je vais y arriver. » S’il aimerait obtenir une licence avec mention, il reste serein, sachant que ce n’est pas une condition d’admission à son école de physiothérapie de Saragosse, en Espagne.

Quand 14h30 sonne enfin, les portes s’ouvrent et les élèves se précipitent dans la cour de leur école, tous impatients de connaître leurs résultats.

La suite est la même pour chaque génération : les lycéens se précipitent sur les tableaux, laissent glisser leurs doigts jusqu’à s’arrêter sur leur nom. On entend les mêmes phrases, sur des tons très différents : « Je l’ai », « Je l’ai ? », « Je l’ai ! » Il y a des rires, des larmes et des silences déçus… mais tout est désormais figé. Entre embrassades et étreintes de soutien, c’est une explosion d’émotions pour les jeunes Tarbaises et Tarbais. Dans la foulée, la plupart d’entre eux appellent leurs proches par téléphone pour leur annoncer la bonne, ou la mauvaise, nouvelle.

Des liens forts entre les élèves et les enseignants

« Je savais que j’aurais mon bac. Ce que je veux voir, ce sont les notes ! »

Sur place, l’équipe pédagogique donne aux élèves le détail des résultats. « 10,71 de moyenne, je suis un peu déçue, mais au moins je l’ai : ma mère sera enfin rassurée ! »

Les parents et les lycéens ne sont pas les seuls à s’émouvoir : cette journée est aussi un moment important pour les enseignants. « Je suis arrivée dans ce lycée il y a trois ans, ce sont donc mes premiers élèves de seconde qui passent leur bac… ça me fait quelque chose », confie Madame Ricoux, professeure d’EPS. « On tisse de vrais liens avec nos élèves. Notre travail est humain ! »

Pour tous les bacheliers, cet après-midi marque la fin d’un chapitre et le début d’une nouvelle aventure qui se déroulera à Tarbes, Toulouse, Pau… ou encore Saragosse. Les discussions tournent désormais autour des projets d’été, des conseils de logement… mais surtout des projets de la soirée elle-même : les jeunes bacheliers prévoient avant toute chose de fêter leur réussite !

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Sainte-Croix. A La Valette, Michaël Fayret ouvre les jardins cet été – .
NEXT Entre dunes et montagnes de Mauritanie, l’oasis de Maaden, une utopie fraternelle : Actualités – .