Le député Pascal Lecamp favorable à un arc républicain – .

Le député Pascal Lecamp favorable à un arc républicain – .
Le député Pascal Lecamp favorable à un arc républicain – .

Pascal Lecamp a déjà assuré qu’il ne voterait pas les lois proposées par le Nouveau Front populaire.

Vous avez été élu grâce au Front républicain suite au désistement de Gisèle Jean (NFP). Comment allez-vous représenter cet électorat de gauche à l’Assemblée nationale ?

Pascal Lecamp : « En travaillant sur les sujets qui touchent la circonscription, à savoir le désert médical, les Ehpad, les écoles, l’administration, la question du vieillissement en bonne santé… Il faut que nous nous mettions tous autour de la table pour voir ce qui manque. Depuis deux ans, je connais assez bien l’état de la circonscription, pour avoir réuni les maires une fois par mois. Nous verrons dans ce système parlementaire comment avoir des amendements adaptés au territoire. »

Allez-vous voter pour les projets de loi proposés par le NFP ?

« Non. Il ne faut pas travailler comme ça. Il faut travailler sujet par sujet. Je suis un élu du centre, il m’est peut-être moins difficile de faire des compromis. Il y aura des sujets sur lesquels nous serons en désaccord, comme le nucléaire, même si tous les Verts ne sont pas opposés au nucléaire. »

« Je me considère très bien élu »

Vous passez du statut de député de la majorité à celui d’élu de la deuxième force politique. Comment abordez-vous ce mandat ?

« Je ne suis pas dans la majorité, mais pas non plus dans l’opposition. Je suis convaincue qu’on peut retrouver un arc républicain sans les deux extrêmes. Dans le train pour Paris ce lundi, j’ai croisé Lisa Belluco (réélue PFN du 1concernant Je lui ai dit qu’il fallait qu’on discute. Je suis centriste dans l’âme.

Sur quels fichiers aimeriez-vous travailler ?

« Je veux continuer sur l’agriculture, le bien vieillir, le bien-être dans les Ehpad. Sur ce sujet, il faudrait dégager des moyens budgétaires importants pour créer 150 000 emplois immédiatement. J’ai beaucoup investi dans le partage de la valeur dans l’agrivoltaïque et la méthanisation, des sujets qui touchent notre région. Il faut travailler sur des sujets qui sont proches de la sociologie de la région. Et travailler aussi sur le bénévolat, les associations, pour générer des synergies et obtenir des financements. Environ 80 % du budget culturel reste en Île-de-France. »

Vous considérez-vous bien ou mal élu ?

« Je me considère comme très bien élu car j’ai eu cet excellent transfert de voix. Je pense avoir fait un bon travail de terrain avec mon bureau mobile. Il reste 45% des voix qui vont au RN. Je suis convaincu que 10% de ces électeurs adhèrent vraiment aux thèses racistes, xénophobes du Rassemblement national. Les autres, il faut aller les convaincre. »

Avez-vous une idée du futur Premier ministre et/ou président de l’Assemblée nationale ?

« Aucune idée. Il faudra qu’il sache porter cet arc républicain et s’éloigner des deux extrêmes. Pour moi, le parti qui a vraiment gagné au niveau national, c’est le PS, plutôt que LFI. De toute façon, je ne suis pas candidat, si c’est la suite de votre question… »

Et si on vous le proposait ?

« Je ne vois pas pourquoi je dirais non (rires). De toute façon, il faut quelqu’un qui rassemble, qui ne divise pas et qui soit consensuel. »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Grève reconduite pour les salariés de la société de téléconsultation Sérénis à Reims – .
NEXT début des travaux à l’automne 2024 – .