Bardella dénonce une « alliance du déshonneur » et des « arrangements électoraux dangereux » – .

Bardella dénonce une « alliance du déshonneur » et des « arrangements électoraux dangereux » – .
Bardella dénonce une « alliance du déshonneur » et des « arrangements électoraux dangereux » – .

Le Nouveau Front populaire, arrivé en tête des législatives avec 178 députés contre 205, est une « alliance du déshonneur », a fustigé Jordan Bardella après le second tour.

Désillusion pour le Rassemblement national, finalement arrivé en troisième position aux législatives ce dimanche 7 juillet. Le président du parti, Jordan Bardella, a dénoncé après les résultats les « alliances politiques contre nature » et les « montages électoraux dangereux faits par Emmanuel Macron et Gabriel Attal » qui ont empêché le RN de confirmer sa victoire au premier tour.

Le RN a toutefois réalisé la « percée la plus significative de toute son histoire », a estimé Jordan Bardella. Le RN devrait obtenir de 113 à 148 sièges à l’Assemblée nationale, selon notre projection Elabe pour BFMTV, RMC et La Tribune Dimanche, contre 89 aux précédentes législatives.

Le Nouveau Front populaire, arrivé en tête avec 178 députés contre 205, est une « alliance du déshonneur », a fustigé Jordan Bardella. « Le Rassemblement national incarne plus que jamais la seule alternative » au « parti unique qui s’étend ce soir de Philippe Poutou à Edouard Philippe », a-t-il ajouté.

Alors qu’aucune majorité absolue ne s’est dégagée, « la France se retrouve privée d’une majorité, d’un gouvernement pour agir », a déploré Jordan Bardella.

Bardella anticipe une « paralysie » des institutions

Jordan Bardella, pressenti pour devenir Premier ministre en cas de victoire de son parti, a assuré que “le Rassemblement national (intensifierait) son travail à l’Assemblée nationale” lors d’un discours au siège de campagne de son parti, trente minutes après l’annonce des résultats.

Il a estimé que la France se dirigeait « vers l’incertitude et l’instabilité » en raison de la « paralysie » à venir des institutions. Plus tôt, le vice-président du Rassemblement national, Sébastien Chenu, avait lui aussi estimé que « le système (allait) se bloquer », car « les trois blocs » ont « très peu de différences » en termes de sièges.

Les plus lus

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’équipe de football américain en préparation aux Girondins de Bordeaux – .
NEXT A Bastia, 240 nouvelles places de stationnement dans un parking temporaire pour désengorger le centre-ville – .