nombre record d’Auvergnats sélectionnés pour les JO de Paris – .

nombre record d’Auvergnats sélectionnés pour les JO de Paris – .
nombre record d’Auvergnats sélectionnés pour les JO de Paris – .

Record battu ! Quatre athlètes auvergnats représenteront la France aux Jeux de Paris : Sasha Zhoya, Yann Chaussinand, Marjorie Veyssière et Anthony Ammirati. La Fédération française d’athlétisme a dévoilé ce dimanche matin la liste des athlètes sélectionnés. L’Auvergne n’a jamais eu un tel contingent.

Les Jeux sont terminés ! Depuis mercredi dernier, en effet, jour où le comité de sélection de la Fédération française d’athlétisme (FFA) a officiellement pris connaissance du classement final de World Athletics. Il a ensuite mis la dernière main à la liste des athlètes français retenus pour les Jeux de Paris. Puis l’a proposée au Comité consultatif de sélection olympique, ce vendredi, pour validation. Et ensemble, le CNOSF et la Fédé ont délivré la sélection officielle avec un jour d’avance, ce dimanche, à 9 heures.

Diamond League : Sasha Zhoya et Renaud Lavillenie, ambitieux au meeting de Paris

Une douce annonce aux oreilles de l’Auvergne, qui compte un record de quatre représentants (3 à Séoul et Tokyo), tous originaires de Clermont. Deux, il est vrai, ne faisaient aucun doute. Dans l’ordre d’apparition des critères de sélection, Sacha ZhoyaLe talentueux hurdler a bénéficié du statut d’athlète prioritaire instauré sur sa place (6e) de finaliste aux Championnats du monde de Budapest (en 13’’15, -0,2 m/s son record). Minima (13’’27) en poche, 13e au classement mondial des haies hautes, l’élève de Ladji Doucouré s’est aussi offert un 3e titre de champion de France au terme d’une folle série, à Angers, le week-end dernier.

« C’est un rêve d’enfant devenu réalité »

Même certitude pour Yann Chaussinand (photo ci-dessous). Le minimum du lancer de marteau à 78,20 m ? S’est réglé le 27 janvier avec 1 cm de marge. Et comme si ses 79,88 m, enregistrés en mai près de Nancy et qui le classent au 6e rang des lanceurs de la planète, ne suffisaient pas, le protégé de David, son père, a remporté une deuxième couronne française sur la piste angevine.

Avant les Jeux de Paris, Sasha Zhoya et l’Auvergne étaient déjà en forme olympique, à Angers

Le cas des deux autres athlètes ne présentait pas la même assurance. A commencer par le spécialiste du 400 m, Marjorie Veyssière (photo ci-dessous). Même lancée sur la route de Paris sans jamais rater une étape (relais mondiaux, championnats d’Europe), même médaillée (de bronze) au France Elite, samedi dernier. L’Aurillacoise de Clermont Athlé postule en effet aux relais 4×400 (féminins et mixtes). Un collectif, dont le nombre de places (5 à 9) dépend de la stratégie fédérale, restait en discussion et dont les choix ne se limitent pas à la performance individuelle. Sa sélection rime avec récompense et confiance. Et lui donne les mots du bonheur : « Les JO, et à Paris, c’est au-delà de ce que j’aurais pu imaginer depuis des années, c’est magique. »

Deuxième incertitude levée, celle qui accompagnait les chances du perchiste Anthony Ammirati (photo ci-dessous) pour sauter au Stade de France. Pour une discipline presque aussi serrée que le steeple et qui présentait en plus plus de trois athlètes sélectionnables, le comité de sélection a fait appel aux textes. Lesquels stipulent que dans cette hypothèse, le comité en retiendra trois en se basant sur le classement Elite à Angers. Où l’athlète de l’Envol a eu la très bonne idée de décrocher l’argent derrière l’intouchable Thibaut Collet. « C’est un rêve d’enfant qui se réalise », savoure l’espoir, heureux.

Texte : Francis Laporte
Photos : Ludovic Aurégan

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’avocat des deux joueurs du XV de France souligne les zones d’ombre de l’enquête – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné