Comme le peuple, la presse suisse a évoqué « le rêve » – .

Comme le peuple, la presse suisse a évoqué « le rêve » – .
Comme le peuple, la presse suisse a évoqué « le rêve » – .

« Fin du jeu ». La langue de Shakespeare était appropriée pour Dimanche matin à sa Une après la terrible élimination de l’équipe suisse face à l’Angleterre (1-1, 5-3 t.a.b.) en quarts de finale de l’Euro, samedi à Düsseldorf. Le journal du dimanche constate que “la porte du bonheur s’est fermée sur la Suisse et elle reste coincée dans l’antichambre de l’exploit, comme en 2021 contre l’Espagne”.

La Nati était quasiment qualifiée pendant cinq minutes jusqu’à ce que Bukayo Saka égalise. « C’est un morceau de paradis qu’on vous enlève après vous l’avoir donné », confie Daniel Visentini. Cette génération dorée était à son apogée, mais le journaliste se veut positif pour l’avenir. « On ne sait pas combien de temps les dirigeants de cette équipe la porteront, mais en tout cas, il y a eu une transmission. »

« Un rêve est passé », souligne-t-il. La météo« Ces défaites amères sont le lot des grandes équipes, qui se démarquent des autres parce qu’elles ont la capacité de tenter leur chance plusieurs fois », écrit Laurent Favre. Pour lui, la Suisse doit déjà se tourner vers la prochaine échéance : la Coupe du monde 2026. « Il va donc falloir digérer cette déception, construire sur ce qui a émergé pendant ces quatre semaines en Allemagne, et se fixer l’objectif de briller lors de la Coupe du monde 2026. La Suisse en a les moyens. »

Le Vue du dimanche Titre : « Vous vous êtes battus comme des lions », en référence aux Trois Lions, le surnom de l’équipe d’Angleterre. Comme son collègue, Christian Finkbeiner voit plus loin. « Peut-être qu’une telle opportunité ne se représentera plus jamais, mais nous avons l’espoir que cet Euro est le début de quelque chose. »

Voir EN évoque l’unité nationale. « Elle (ndlr : Suisse) « Cela nous a donné envie de le revoir et a fait vivre au peuple suisse trois semaines si belles, si inattendues peut-être, qu’il a mérité les éloges et les félicitations du peuple suisse, une fois de plus uni derrière lui comme il y a trois ans lors du bel Euro itinérant de 2021 », conclut Tim Guillemin.

« Samedi à Düsseldorf, et malgré la cruauté du résultat, l’équipe nationale a conclu avec grandeur sa fantastique épopée estivale. Que personne n’oubliera », ajoute 20 minutes sous la plume de Florian Vaney.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV les forces de l’ordre en alerte – .
NEXT combien le SM Caen va-t-il toucher avec ce transfert ? – .