Le CA Sarlat contraint d’accepter la montée en Fédérale 1 – .

Le CA Sarlat contraint d’accepter la montée en Fédérale 1 – .
Le CA Sarlat contraint d’accepter la montée en Fédérale 1 – .
Les Sarladais (à droite) devront effectuer de longs déplacements la saison prochaine en Fédérale 1.
club

Après lecture de son groupe, le CA Sarlat avait refusé la montée en Fédérale 1 mais la Fédération Française de Rugby lui a fait savoir que le délai était passé. Explications.

L’euphorie de l’ascension obtenue sur le terrain a vite laissé place à la morosité chez les dirigeants du TAS, à la lecture des groupes communiqués jeudi par la FFR et notamment le groupe 1 de la Fédérale 1.

Pas besoin de sortir une quelconque carte routière pour comprendre les kilomètres à avaler et les frais de bus, les hébergements à prévoir, les départs la veille qui alourdissent un budget « de plusieurs dizaines de milliers d’euros » pointe le responsable sportif, François Bourgeois. « Dès que nous avons eu connaissance de la composition officieuse de notre groupe, nous avons contacté la Fédération, explique-t-il. Nous avons avancé des arguments liés au poids financier, à la situation géographique de Sarlat entre les deux métropoles de Bordeaux et Toulouse qui mettrait en danger la pérennité et la viabilité du club. Nous ne sommes pas des pleurnichards mais les conséquences sont nombreuses. »

Après avoir convoqué « un conseil de sages », le CA Sarlat a envoyé jeudi matin un mail à la FFR pour refuser la promotion, mais la Fédération est restée inflexible. « Le TAS n’a pas d’autre choix », constate François Bourgeois.

« Une consultation préalable aurait été appréciée »

Après avoir reçu « ce gros coup », les dirigeants sarladais se sont mis en quête de « nouveaux partenaires ». « J’aurais préféré mettre des milliers d’euros dans la formation ou le projet des moins de 25 ans que dans les déplacements et l’hôtellerie », s’interroge François Bourgeois. Mais en rugbyman expérimenté, il sait que ce n’est pas parce que la première mêlée du match recule qu’elle reculera pendant 80 minutes.

La saison prochaine, qui débute le 8 septembre, le TAS fera donc étape au Havre, chez les Parisiens de Courbevoie, Sarcelles, Saint-Denis-Drancy, à Beauvais et à Chartres. Limoges, Tulle, Issoire, Barbezieux’ Jonzac et Cognac seront les destinations les moins exotiques de ce groupe 1. « Une concertation préalable aurait été appréciée afin de pouvoir trancher en toute connaissance de cause avant le 13 juin », précise le responsable sportif. Un nouvel obstacle sur la route du TAS, qui en a vu d’autres et a toujours su relever la tête.

Vincent Cazcarra
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les amateurs de Pickleball seront ravis – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné