« Nous allons nous battre pour revenir à notre place », affirme Antoine Sibierski – .

« Nous allons nous battre pour revenir à notre place », affirme Antoine Sibierski – .
« Nous allons nous battre pour revenir à notre place », affirme Antoine Sibierski – .

Trois postes en l’espace de quelques mois pour le joueur de 49 ans. Ces dernières heures, la Berrichonne de Châteauroux a effectivement confirmé le départ d’Antoine Sibierski. Le technicien, arrivé en février 2024 comme adjoint d’Olivier Saragaglia avant de terminer la saison comme entraîneur principal, a rejoint l’ESTAC où il occupe désormais le poste de directeur sportif. « Je suis très heureux de rejoindre l’ESTAC. J’ai toujours été très bien accueilli à Troyes par le Club et les supporters par le passé. Troyes est un club emblématique du football français et nous allons nous battre pour revenir à notre place » a déclaré l’ancien joueur professionnel, qui a notamment évolué à Manchester City, au LOSC, à Lens, à Auxerre et à Newcastle.

« Le défi est passionnant et l’ambition est grande, pour toute l’équipe, le staff, le Club et les supporters. Nous avons beaucoup de travail devant nous pour construire une équipe solide et j’ai hâte de travailler aux côtés de tout le monde au Club pour y parvenir » a conclu Antoine Sibierski. Le nouveau directeur sportif du club de l’Aube collaborera avec Mattijs Manders, CEO, le staff de l’équipe première mais aussi les équipes du centre de formation, a précisé le relégué en National.

Le communiqué de presse de l’ESTAC

Pour résumer

Trois postes en l’espace de quelques mois pour le joueur de 49 ans. Ces dernières heures, la Berrichonne de Châteauroux a effectivement confirmé le départ d’Antoine Sibierski. Le technicien, arrivé en février 2024 comme adjoint d’Olivier Saragaglia avant de terminer la saison comme entraîneur principal, a rejoint l’ESTAC où il occupe désormais le poste de directeur sportif.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Voici à quoi ressemblera le nouvel aéroport de Bordeaux-Mérignac – .
NEXT Pyrénées-Orientales. Ces voitures jaunes patrouillent cet été : voici pourquoi – .