Bientôt six semaines de travaux sur le pont de Saint-Jean-de-Thouars – .

Bientôt six semaines de travaux sur le pont de Saint-Jean-de-Thouars – .
Bientôt six semaines de travaux sur le pont de Saint-Jean-de-Thouars – .

Il faudra adopter de nouvelles habitudes pendant six semaines… Du 15 juillet au 23 août 2024 inclusivement, le pont de Saint-Jean-de-Thouars sera entièrement fermé à la circulation, en raison de travaux. Construit en 1965, l’édifice doit subir une cure de rajeunissement après que des signes d’usure ont été identifiés.

Le conseil départemental des Deux-Sèvres, chargé de la gestion de cet édifice, consacre 540 000 euros (auxquels s’ajoutent environ 60 000 euros d’études) à la restauration de l’ouvrage, sur lequel circulent chaque jour 16 000 véhicules, dont 2 000 poids lourds. « Cette intervention est nécessaire pour des raisons de sécurité. Nous avons donc choisi de réaliser ces travaux à une période de l’année où il y a peut-être moins de monde, ou en tout cas moins de transports, et pas de transport scolaire, pour limiter les désagréments pour les usagers. »explique Philippe Brémond, vice-président du Département en charge des mobilités. « Toutes les entreprises du Thouarsais ont été prévenues en mars »rassure Coralie Dénoues, présidente du conseil départemental.

Deux déviations, vers Thouars et Parthenay, seront mises en place.
© (Infographie NR)

Infiltrations d’eau qui font exploser le béton

Ce pont situé à un carrefour stratégique reliant les Deux-Sèvres au Maine-et-Loire et à la Vienne commence à montrer « signes de désordre »selon les termes employés par l’élu départemental. Pas de menace imminente d’effondrement, « mais les infiltrations d’eau dans la structure, qui a perdu son étanchéité, font gonfler la ferronnerie et exploser le béton par endroits »explique Jean-Yves Jolys, directeur des routes du Département.

D’où la nécessité de réimperméabiliser la structure. « Ce qui signifie enlever l’enduit, les joints et faire une chape étanche »précise Jean-Yves Jolys. Ce sera aussi l’occasion d’installer de nouveaux joints de chaussée, plus adaptés que ceux qui ont été installés il y a vingt ans pour absorber les dilatations et contractions du pont sous l’effet des températures. Le revêtement sera refait et les trottoirs et garde-corps seront restaurés. Parallèlement, les piles seront également traitées.

15 m au dessus de l’eau

« C’est un métier techniquement intéressant pour les équipes. Il nécessite aussi des contraintes environnementales importantes. »explique Coralie Dénoues. En effet, les actions de décapage, d’enlèvement de matière en général, produisent des déchets qui ne doivent pas se retrouver dans le milieu naturel et aquatique qui se trouve juste en dessous. « Il existe des systèmes de récupération pour éviter que les déchets ne tombent dans la rivière »rassure Jean-Yves Jolys.

Coralie Dénoues and Philippe Brémond observe the height of the building under the Saint-Jean-de-Thouars bridge.
© (Photo NR)

Cette œuvre offrira certainement un spectacle visuel impressionnant, avec des ouvriers travaillant dans des nacelles ou des échafaudages à une quinzaine de mètres au-dessus du vide.

« Pour mesurer l’ampleur du projet, il faut savoir que le Département dépense en moyenne 550 000 € par an pour la réfection de ses ponts, sachant qu’il en gère plus de 730. Ici, nous avons dépensé 540 000 € rien que pour le pont de Saint-Jean-de-Thouars. »says Philippe Brémond.

Des déviations mises en place

En matière de contournements et de déviations, une signalisation sera mise en place bien en amont. « Pour les véhicules venant de Parthenay, la circulation sera déviée à hauteur de Maucarrière et déviée vers Airvault. Pour ceux venant de Bressuire, la circulation sera dirigée vers Argentonnaypoursuit l’élu en charge de la mobilité. Cela va générer des trajets plus longs.il est d’accord.

En revanche, pour les habitants, il faudra utiliser les contournements locaux, et réutiliser davantage la voie historique, celle qui passe par le centre-ville de Thouars. Pour faire face à cet afflux massif dans ses rues étroites, la Ville de Thouars a également pris des résolutions, en interdisant, pendant les travaux du pont, le stationnement dans la rue de la Trémoïlle, dans son tronçon compris entre les rues Régnier-Desmarais et du Château.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Droits TV. Pourquoi les clubs de Ligue 1 ont préféré l’option DAZN et beIN Sports – .
NEXT Que fait Arcom pour s’opposer à la mort d’une chaîne généraliste ? – Libération – .