« De qui se moque-t-on ? », réagissent les GG

A Nantes, le CHU a dépensé 185 000 euros pour renouveler son identité visuelle. Le syndicat CGT de l’hôpital a dénoncé cette dépense dans un contexte de difficultés financières pour le secteur public de santé alors que la direction de l’hôpital a procédé dans le même temps à la fermeture de 100 lits. Les Grandes Gueules sont également « choquées ».

« Cette direction doit être expliquée. » Sur le plateau de Grandes gueulesCe vendredi, sur RMC et RMC Story, Barbara Lefebvre, professeure d’histoire-géographie, n’a pas mâché ses mots contre le CHU de Nantes. En cause : les 185 000 euros dépensés par la direction de ce dernier pour acheter une nouvelle identité visuelle, dont un nouveau logo.

« C’est l’équivalent de 10 emplois d’aides-soignants. L’an dernier, le CHU de Nantes a fermé 350 lits, cette année ce sera peut-être pareil, car il y a un manque de personnel », prévient Barbara Lefebvre.

« De qui se moque-t-on ? », s’interroge-t-elle, alors que fin juin, faute de personnel, plus d’une centaine de lits ont été fermés au CHU. La direction justifie cette dépense par la recherche d’attractivité, le but étant d’attirer des médecins, puis par ricochet des patients alors qu’une centaine de lits ont été fermés fin juin faute de personnel selon Le Figaro.

Jean-Loup Bonnamy, philosophe et également chroniqueur dans Les GG, comprend la colère des Français face à ce genre d’événements. « Je pense que ce qui agace vraiment les Français, c’est qu’ils voient que leurs services publics se dégradent mais ils voient aussi, parce qu’ils ne sont pas naïfs, qu’on jette une somme folle d’argent sur des choses qui ne servent absolument à rien, sur une communication qui ne sert à rien et qui ne fera pas venir plus de patients », dénonce-t-il.

A surpayé logo?

Pour la CGT et les syndicats hospitaliers, la direction a franchi une ligne rouge. « J’ai honte, honte de la direction et de ce gâchis qui n’améliorera en rien les conditions de travail des personnels », confie Christophe Quillet, délégué CFDT au CHU de Nantes, à Figaro. Selon la CGT, les 185 000 euros équivaudraient à « 40 mensualités pour les aides-soignantes ou 34 mensualités pour les infirmières ».

Une somme complètement incohérente pour Mourad Boudjellal, chroniqueur aux Grandes Gueules, qui se dit « choqué » par cette dépense. « J’ai fait des logos, ce n’est pas du tout le prix que ça vaut », prévient-il, demandant « qu’une véritable enquête soit menée parce que c’est surpayé ».

Articles les plus lus

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV THE SILENCERS LA RAYONNE Villeurbanne Saturday March 1, 2025 – .
NEXT Assistant ingénieur d’édition (Rouen) – .