Baromètre de mai 2024 sur les temps d’attente aux contrôles aux frontières dans les aéroports parisiens – .

La Direction de la Police aux Frontières et le Groupe ADP se sont associés pour faire le point sur les temps d’attente rencontrés par les passagers aux différents points de contrôle aux frontières des aéroports de Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly.

Tendance générale observée en mai 2024 [1] :

Pour rappel, les délais maximaux d’attente à la Police aux Frontières dans les aéroports, fixés par le Premier ministre lors du conseil interministériel du tourisme du 26 juillet 2017, sont de 30 minutes pour les ressortissants européens et de 45 minutes pour les non-européens.

  • A Paris-Charles de Gaulle : sur près de 4 millions de passagers des vols internationaux [2]85,1 % ont attendu moins de 10 minutes, 13,2 % entre 10 et 30 minutes, 1,4 % entre 30 et 45 minutes et 0,3 % plus de 45 minutes.
  • A Paris-Orly : sur près de 1,2 million de passagers des vols internationaux, 91,6% ont attendu moins de 10 minutes, 8,1% entre 10 et 30 minutes et 0,2% entre 30 et 45 minutes.

Événements entraînant des temps d’attente supérieurs à 30 minutes :

At Paris-Charles de Gaulle /

  • Semaine 18 : 8 événements impactant environ 4 150 passagers, avec un temps d’attente moyen de 43 minutes.
  • Semaine 19 : 12 événements impactant environ 5 530 passagers, avec un temps d’attente moyen de 42 minutes.
  • Semaine 20 : 18 événements impactant environ 5 900 passagers, avec un temps d’attente moyen de 41 minutes.
  • Semaine 21 : 25 événements impactant environ 12 350 passagers, avec un temps d’attente moyen de 45 minutes.
  • Semaine 22 : 28 événements impactant environ 8 960 passagers, avec un temps d’attente moyen de 43 minutes.

A Paris-Orly /

  • Semaine 18 : 4 événements impactant environ 430 passagers, avec un temps d’attente moyen de 40 minutes.
  • Semaine 19 : 2 événements impactant environ 170 passagers, avec un temps d’attente moyen de 39 minutes.
  • Semaine 20 : 3 événements impactant environ 230 passagers, avec un temps d’attente moyen de 37 minutes.
  • Semaine 21 : 2 événements impactant environ 180 passagers, avec un temps d’attente moyen de 36 minutes.
  • Semaine 22 : 6 événements impactant environ 730 passagers, avec un temps d’attente moyen de 44 minutes.

Retour sur quelques événements :

  • Dimanche 26 mai, aux départs du Terminal 1 de Paris-Charles de Gaulle, entre 10h20 et 12h00, les effectifs de gardes-frontières mobilisés sur cette tranche horaire n’ont pas pu absorber le flux de passagers. Les équipes de Paris Aéroport ont mis en place un dispositif de prévention : diffusion d’annonces audio expliquant ce ralentissement, renfort de personnels d’accueil pour venir en aide aux passagers dans le besoin, distribution de bouteilles d’eau. Environ 650 passagers ont patienté jusqu’à 50 minutes.
  • Le dimanche 26 mai, aux arrivées du Terminal 2E de Paris-Charles de Gaulle, entre 7h30 et 10h45, une batterie de 5 sas PARAFE sur les 16 disponibles est tombée en panne, en plein pic de trafic. Les équipes du Groupe ADP et les techniciens du constructeur ont pu remettre en marche ces sas après une quarantaine de minutes, mais cette absence ponctuelle de sas Parafe a généré des temps d’attente importants : environ 3 500 passagers ont attendu jusqu’à 1 heure.
  • Vendredi 31 mai, au terminal 1 des départs de Paris-Charles de Gaulle, entre 10h20 et 12h30, l’effectif de gardes-frontières initialement prévu n’a pas suffi à absorber le flux important de passagers sur ce créneau. Des renforts de la frontière aux arrivées ont permis de limiter le nombre de passagers concernés. Environ 600 passagers ont attendu jusqu’à 50 minutes.

Mobilisation maximale pour les grands départs et les Jeux de Paris 2024

Cet été, ce sont environ 2.000 renforts au total, issus de la police aux frontières, de l’Agence européenne de garde-frontières Frontex, et de policiers étrangers qui seront mobilisés dans les aéroports parisiens entre le 12 juillet et le 15 septembre.

Cette mobilisation sans précédent des personnels du ministère de l’Intérieur permettra notamment de garantir 100 % d’armement des abris et sas PARAFE et d’accueil particulier des délégations sportives.

Dans le même temps, le nombre de sas PARAFE a augmenté de 60 % par rapport à l’été 2023, avec 192 sas répartis entre Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly.

Pour rappel, les sas PARAFE sont des points de passage frontaliers automatisés à reconnaissance faciale, accessibles aux passagers majeurs munis d’un passeport biométrique.

Outre les voyageurs des 27 nationalités de l’Union européenne, ils sont accessibles à une soixantaine d’autres nationalités aux départs, et une quinzaine de nationalités aux arrivées.

L’été dernier, environ un tiers des passagers arrivant à Paris-Charles de Gaulle les ont utilisés.

Détail des résultats mensuels du mois de mai à Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly :

Part des passagers au départ et à l’arrivée qui ont attendu par tranche de 10 minutes d’attente

Méthodologie : données en temps réel issues de capteurs de comptage

Depuis 2019, le Groupe ADP a déployé des outils de suivi et de gestion des flux de passagers et des temps d’attente.

Des capteurs, capables de compter en temps réel le nombre de passagers dans une file d’attente, ont été déployés pour équiper les zones de passage aux frontières et de contrôle de sécurité des aéroports parisiens.

Il s’agit d’un outil de mesure en temps réel qui se met à jour automatiquement toutes les cinq secondes.

Il permet de compter le nombre de passagers dans une file d’attente : en mesurant le temps d’attente de la dernière personne sortant de la file. Il faut entre 80 et 200 capteurs pour couvrir une zone en fonction de sa taille.

Les données sont collectées dans un outil de suivi de la performance opérationnelle qui permet d’analyser ce qui s’est passé au cours d’une journée opérationnelle. Ce sont les données extraites de ces capteurs qui servent à établir ce baromètre.

À propos de la Direction générale de la police nationale :
La Direction générale de la police nationale a pour missions la sécurité nationale, l’investigation, la police scientifique, le renseignement, l’ordre public, la coopération internationale, le contrôle intérieur et la sécurité aux frontières. Cette dernière mission consiste à contrôler les passagers arrivant dans les aéroports, les ports et les gares internationales. Plus généralement et sur l’ensemble du territoire, elle s’étend à la lutte contre l’immigration clandestine et ses filières organisées, la fraude documentaire et l’emploi d’étrangers sans titre de séjour. Cette mission de sécurité s’exerce également dans la sécurisation du réseau ferroviaire et le suivi de la mise en œuvre des mesures de sécurité dans les transports internationaux.

À propos du Groupe ADP :
Le Groupe ADP développe et exploite des plates-formes aéroportuaires parmi lesquelles Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly et Paris-Le Bourget. En 2023, le groupe a accueilli 99,7 millions de passagers sous sa marque Paris Aéroport à Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly et 336,4 millions de passagers au travers d’aéroports gérés à l’étranger. Bénéficiant d’une situation géographique exceptionnelle et d’une large zone de chalandise, le groupe poursuit une stratégie de développement de ses capacités d’accueil et d’amélioration de sa qualité de services et entend développer les commerces et l’immobilier. En 2023, le chiffre d’affaires du groupe s’est élevé à 5 495 millions d’euros et le résultat net part du groupe à 631 millions d’euros. Aéroports de Paris SA au capital de 296 881 806 euros. Siège social : 1 rue de France, Tremblay-en-France 93290. RCS Bobigny – 552 016 628.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Deuxième nuit sur le canapé », confie Diana Blois (Familles nombreuses) – .
NEXT TEMPS MAUVAIS POUR LES AFFAIRES – .