FAIT DU JOUR Retour sur les sujets d’actualité aux Halles de Nîmes – .

Plusieurs sujets animent actuellement les Halles de Nîmes : traitement des déchets, fin des baux en 2029, sentiment d’abandon… Nous avons donné la parole aux commerçants ainsi qu’à l’élu en charge de cette délégation, Christophe Pio. Attention, sujet brûlant.

La première Nocturne des Halles de 2024 devait avoir lieu le 27 juin. Pourtant, quelques jours plus tôt, les commerçants ont décidé de l’annuler. « Nous avons appris la mauvaise nouvelle selon laquelle les trois stands situés du côté de la porte de l’avenue Général-Perrier seraient impactés par le projet d’escalator. Nous avons décidé de ne pas faire la Nocturne pour les soutenir et ainsi montrer notre mécontentement aux Nîmois »a expliqué le président des commerçants, Vincent Vergne, dans une interview dans nos colonnes.

Ce rendez-vous manqué ajoute à la complexité du traitement des déchets aux Halles de Nîmes. En effet, la semaine dernière, chaque commerçant a reçu une facture à régler pour un montant pouvant aller jusqu’à plus de 5 000 euros (facture payable en plusieurs fois, NDLR). La raison ? De nombreux commerçants se posaient la question : « La seule chose qu’on nous a dit il y a trois ou quatre mois, c’est que la ville et l’Agglo n’allaient plus prendre en charge la collecte des ordures ménagères des Halles sous prétexte d’une loi européenne que nous ignorons. »commente l’un d’entre eux.

« Nous avons constaté dans notre règlement intérieur (article 31) que la collecte des ordures ménagères est à la charge de la ville, ce règlement n’a pas été modifié et nous n’avons eu aucune information à ce sujet. Nous ne comprenons pas pourquoi nous recevons ce titre de recettes et il faut savoir qu’aux Halles, nous payons déjà des redevances »il continue. « Nous n’avons aucune explication à cela. Nous avons reçu une lettre nous demandant de payer et c’est tout. »commentaires un autre.

Vincent Vergne in the Halles of Nîmes • Sacha Virga

Interrogé à ce sujet, l’élu de Nîmes en charge des Halles et des Marchés, Christophe Pio, a tenu à clarifier la situation. Cette facture concerne la collecte des déchets sur trois mois, de janvier à mars : « La ville a payé de juin 2023 jusqu’à fin décembre 2023. Mais ils ont été prévenus, et nous l’avons toujours dit en réunion : qu’à partir de janvier, jusqu’à ce qu’ils reprennent avec leur prestataire, dans ces mois-là, la ville arrêterait de payer, car l’argent de la ville, c’est celui des Nîmois. »

Aujourd’hui, les Halles sont la propriété de la ville, « Mais les gens qui sont à l’intérieur sont des particuliers. On ne va pas à leur guichet, on ne regarde pas leur compte. »ajoute-t-il. Selon l’élu, la facture est calculée au prix de 63 euros par mètre linéaire de stand.

Un choix regrettable pour de nombreux commerçants : « En tant que restaurateurs, nous produisons très peu de déchets et nous sommes payés au maximum puisque nous avons beaucoup de mètres linéaires. Ceux qui produisent beaucoup de déchets ne paient pas plus que ça. Le mètre linéaire n’a rien à voir avec les activités de chacun. »un commerçant se plaint. Christophe Pio répond : « Un restaurateur qui a peu de gaspillage ? J’aimerais quand même voir ça. Peut-être qu’il gagne moins que les autres, mais un restaurateur a toujours du gaspillage. Je pense que quand on va manger au restaurant, il en reste toujours dans son assiette. » Nous ne les forcerons pas à accepter.

Un autre commerçant constate également : «injuste« ce calcul par mètre linéaire : « J’en ai personnellement, mais beaucoup moins que d’autres professions. Je pense que la solution aurait été de le faire au poids, de mettre en place quelque chose par rapport au prorata réel de ce qu’on jette. Car clairement, je jette trois sacs poubelles par semaine. »elle révèle. Ce à quoi Christophe Pio répond : « Je comprends qu’il y en ait qui puissent se plaindre car je pense que certaines personnes qui ont de grands mètres linéaires ont probablement moins de bacs que d’autres qui en ont de plus petits. Mais l’administration n’a pas su calculer autrement. »

Christophe Pio, élu aux Halles • Sacha Virga

Sentiment d’abandon

Une autre inquiétude soulevée par les commerçants concerne les relations qu’ils peuvent entretenir avec la ville de Nîmes. Certains vont jusqu’à estimer que «indésirable« . « Depuis plusieurs mois, il y a des rappels constants au règlement intérieur, pour des choses anodines, comme une caisse laissée devant un stand. »Le départ récent de quelques commerçants n’aurait pas été vu d’un bon œil par certains : « Nous ne sommes pas des anarchistes, nous voulons défendre nos intérêts et sauver nos entreprises »continue ce monsieur.

En 2029, tous les baux des commerçants prendront fin. Une situation qui inquiète bon nombre d’entre eux, craignant que leur activité soit perturbée ou tout simplement paralysée. « On essaie de diviser pour mieux régner et de faire payer le plus cher possible pour purger les petits commerçants, car on n’aime pas les petits artisans en France. »proteste un autre. « Pour l’instant, je pense qu’on ne voit pas d’avenir, on ne sait pas ce qui va se passer » ajoute un autre.

Christophe Pio a tenu à mettre un terme à toute ambiguïté sur ce sujet : « Ils seront rassurés car nous les recevrons, en juillet, je pense, pour une réunion d’information. Comme ça, les choses seront claires avec eux. Ils ne seront pas mis à la porte. Le maire de Nîmes Jean-Paul Fournier a toujours soutenu les commerçants et il les aime. Ils sont le poumon gastronomique de cette ville. »Cette grande réunion d’information pourrait bien être animée par le maire et son premier adjoint Julien Plantier, selon Christophe Pio.

Pour conclure, le conseiller municipal a tenu à clarifier un dernier point et répondre à Vincent Vergne concernant notre entretien passé : « Je m’entends avec tout le monde aux Halles. Après, on a nos visages. Il y a des gens avec qui on a plus d’affinités que d’autres. Bien sûr, quand ça ne va pas, je me fais tabasser et quand ça va bien, tout va bien. Il faut se souvenir des périodes noires du Covid où le Maire ne faisait pas payer de loyer aux marchands. Et c’étaient les seuls qui travaillaient… Aujourd’hui, Vincent Vergne est élu aux Halles de Nîmes. Il n’est pas élu aux marchés, ni aux foires. Je pense que si on fait le tour des marchés ensemble, ça se passera très bien. On peut rencontrer les forains et avec le représentant du marché, ça se passe très bien. Mais j’aurais aimé qu’il ne parle que des Halles ». Après le numéro suivant…

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV le train touristique entre Nice et Milan bientôt sur les rails ! – .
NEXT la section recommandation se termine – .