Un voyage dans le Trois-Rivières d’autrefois grâce aux cartes postales – .

« Avec ces images de Trois-Rivières, incluant tous ses secteurs actuels, on découvre notre patrimoine qui nous entoure dans une autre époque. Et on voit les changements au fil des ans », mentionne Alain Gervais en entrevue avec La nouvelle liste.

Constater l’évolution de plusieurs bâtiments emblématiques de Trois-Rivières, c’est ce qui fascine Alain Gervais lorsqu’il regarde de vieilles cartes postales. « Mon plaisir, c’est de découvrir ma ville », avoue-t-il.

Si aujourd’hui sa collection dépasse les 3000 objets, tout a commencé il y a 20 ans lorsqu’il a été séduit par une vieille carte de Trois-Rivières. Une première découverte parmi tant d’autres pour le passionné.

« À l’époque, les gens n’avaient pas le même rapport aux images. Ils ne pouvaient pas prendre des photos aussi facilement qu’avec un téléphone. Soit on se rendait dans un centre de photographie et on dépensait son salaire hebdomadaire, ou presque, pour prendre une photo, soit on achetait une carte postale. »

— Alain Gervais

Ces images ont aussi été conçues pour voyager. Et certaines ont voyagé très loin. « La plupart des cartes que je possède ont été imprimées en France, en Allemagne ou au Royaume-Uni. J’ai même une carte qui a voyagé jusqu’en Australie », raconte Alain Gervais.

Les changements de bâtiments et de paysages sont évidents lorsqu’on regarde les différentes images choisies pour le livre. Mais ce qui est tout aussi intéressant, ce sont les gens de Trois-Rivières qu’on y retrouve. Comme les photos de cartes postales sont des images de très haute qualité, il s’agit après tout d’un produit destiné à la vente, on y voit facilement les vêtements et les moyens de transport de l’époque.

Publié par GID dans la collection 100 ans noir sur blanc, Trois-Rivières: pause a été lancé le 4 juillet dernier, jour anniversaire de la fondation de la ville de Laviolette. Alain Gervais a présenté son livre lors d’une soirée-rencontre tenue à la librairie Poirier.

L’auteur était accompagné de membres du groupe Les faiseurs d’histoire, un organisme voué à la production et à la publication d’un livre d’histoire populaire sur Trois-Rivières en 2034. « Révéler notre histoire, une mémoire à la fois, en plaçant les citoyens au cœur de l’histoire de Trois-Rivières en leur permettant de contribuer et d’enrichir les connaissances historiques », peut-on lire dans l’invitation au lancement. Le rapport annuel de l’organisme a été présenté au cours de la soirée.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV le petit taureau Nougaro apprivoisé – .
NEXT Max Domi prend racine à Toronto