« C’est très décevant » – .

Le conseiller du district où devait être construit le complexe aquatique de Trois-Rivières, Pierre-Luc Fortin, s’est dit très déçu d’apprendre que le projet n’avait pas été retenu par le Programme d’aide financière aux infrastructures de loisirs, de sports et de plein air (PAFIRSPA). Cela aurait permis à la Ville d’obtenir une subvention pouvant atteindre 20 millions de dollars.

Pierre-Luc Fortin, conseiller du district des Estacades (Sylvain Mayer/Archives, Le Nouvelliste)

L’aréna Jean-Guy-Talbot a été démoli à l’été 2021. « Oui, on est patients, mais là, ça commence à prendre du temps. » Il souligne qu’un projet de piscine intérieure au centre Jean-Noël-Trudel n’a pas non plus abouti. Si le complexe aquatique se concrétise, il s’agirait de la première piscine intérieure dans l’est de la ville.

Le refus du PAFIRSPA ne signifie pas nécessairement la fin du complexe aquatique. Le maire Jean Lamarche a indiqué par écrit que la recherche de financement se poursuivra.

« Bien que nous soyons heureux d’avoir reçu une aide financière de plus de 7 millions de dollars, soit le montant le plus élevé du PAFIRSPA en Mauricie, pour la reconstruction du pavillon des Seigneurs, je tiens à vous assurer que je continuerai à chercher des solutions pour obtenir le financement nécessaire à la construction d’une piscine dans le secteur est de la ville. »

— Jean Lamarche, Mayor of Trois-Rivières

Dans une déclaration écrite, la ministre et députée de Champlain, Sonia LeBel, assure qu’elle appuiera Trois-Rivières pour l’avenir. « La Ville de Trois-Rivières, dans le futur, aura la possibilité de soumettre à nouveau une demande et nous serons disponibles pour les appuyer dans leurs démarches. »

Elle a déclaré qu’elle comprenait la réaction de ceux qui fondaient de grands espoirs sur cette subvention.

« Nous comprenons la déception des gens, mais nous devons nous réjouir que le secteur de la Pointe-du-Lac reçoive un montant important pour le pavillon des Seigneurs. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un programme standardisé et que chaque projet est analysé selon des critères objectifs. Il ne peut y avoir d’interférence politique dans le processus et c’est une bonne chose. Il faut respecter les règles. C’est l’argent des contribuables. »

— Sonia LeBel, ministre et députée de Champlain

M. Fortin se réjouit pour les gens de Pointe-du-Lac qui retrouveront leur centre communautaire détruit par un incendie en janvier 2022. Mais il croit que le complexe aquatique doit lui aussi voir le jour. « On a besoin d’une piscine. C’est un bon projet au bon endroit. Oui, il faut continuer d’avancer. »

Parc Martin-Bergeron (Stéphane Lessard/Le Nouvelliste)

Des questions

Le conseiller municipal des Estacades aimerait savoir pourquoi le dossier du complexe aquatique n’a pas été retenu par le PAFIRSPA. « J’ai beaucoup de questions. On ne sait rien. »

Il a demandé mardi, alors que le conseil était en session, où en était la subvention, mais n’a obtenu aucune réponse. « Je trouve curieux qu’il n’y ait pas encore eu d’information. Il serait normal que le conseil soit informé. »

Les élus ont également été appelés à se prononcer à deux reprises sur le projet, mardi soir. Un règlement d’emprunt de 30 millions $ a été adopté. De plus, ils ont accordé un contrat d’une valeur d’environ 205 000 $ à une firme d’architectes pour réaliser le Programme fonctionnel et technique (PFT).

Il semble que l’étape du PFT aura tout de même lieu. Quant au règlement d’emprunt, il peut être annulé. « Ce sera au conseil municipal de déterminer la suite des choses pour ce projet », affirme Mikaël Morrissette, porte-parole de la Ville de Trois-Rivières.

M. Fortin est visiblement inquiet de cet écueil majeur.

« Peut-être qu’il y a certains critères sur lesquels il faut travailler différemment. Peut-être qu’il y a d’autres programmes. Peut-être que c’est reporté à l’année prochaine, mais je ne suis pas rassurée car je n’ai aucune information concernant ce refus. »

— Pierre-Luc Fortin, conseiller du district des Estacades

Il souligne qu’une subvention est essentielle. « On ne peut pas réaliser un projet comme celui-ci sans subvention. C’est de l’ordre de 30 millions de dollars. Sinon, on va devoir couper et couper dans le projet, et il finira par ne pas répondre aux besoins. »

Il n’a pas l’intention de baisser les bras. « J’ai encore de l’espoir. Je veux toujours que nous travaillions ensemble pour que ce projet fonctionne. La mairie, les conseillers, les députés, il faut que ça marche. Il faut retrousser nos manches et voir ce que nous pouvons faire de mieux. »

Pour la Mauricie, 13 demandes ont été approuvées par le PAFIRSPA et bénéficieront d’une aide financière totalisant 13,1 millions de dollars. Au bureau du député LeBel, on note que quatre de ces projets sont situés dans la circonscription de Champlain. Il s’agit de projets provenant des municipalités de Champlain, Saint-Narcisse, Batiscan et du Parc de la rivière Batiscan.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Castres renoue avec Linares, sa « jumelle » andalouse, grâce à l’Enseignement Supérieur – .
NEXT Le géant anglais charge sur Elye Wahi – .