la crise n’épargne aucune région du Québec – .

la crise n’épargne aucune région du Québec – .
la crise n’épargne aucune région du Québec – .

MONTRÉAL — Aucune région n’est désormais à l’abri de la crise du logement. Faisant le point jeudi à Montréal, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) faisait état de 1667 ménages sans logement, sans bail ou à la recherche d’un logement, dans toutes les régions du Québec.

Toutes les grandes villes de la province ont un taux d’inoccupation de 1,5 % ou moins, alors que le reste se situe à 3 %. Plusieurs d’entre elles affichent même des taux inférieurs à 1 %. C’est le cas notamment de Granby (0,3 %), Trois-Rivières (0,4 %), Drummondville (0,5 %), Rimouski (0,6 %) et Québec (0,9 %), alors que Gatineau se situe exactement à 1 %.

Sur les 1.667 ménages sans logement recensés jeudi, un nombre qui va sans doute augmenter dans les prochains jours, 379 sont hébergés temporairement par les municipalités – dans des hôtels dans la plupart des cas – ou chez des proches. Les autres se trouvent dans diverses situations précaires, notamment en camping ou dans leur véhicule.

De plus, ce chiffre sans précédent intervient alors que l’on observe une baisse significative du nombre de déménagements par rapport à 2018. Autrement dit, même si moins de ménages déménagent, le nombre de ceux en difficulté augmente.

La porte-parole du FRAPRU, Véronique Laflamme, a donné un exemple où la pression est si forte qu’on a même vu un propriétaire expulser des locataires pour accommoder son fils qui avait lui-même été expulsé et ne trouvait plus de logement.

Grave pénurie de logements sociaux

Bien que le FRAPRU salue l’élargissement des services d’aide financés par le gouvernement du Québec, il demande qu’ils soient financés et en vigueur à l’année puisque la crise ne se limite plus au 1er juillet, mais s’étale sur 12 mois puisque le problème revient le premier jour de chaque mois.

L’organisme critique aussi sévèrement le gouvernement Legault pour son inaction en matière de construction de logements sociaux. Il exhorte Québec à présenter un plan d’action en matière d’habitation, rappelant que ce plan d’action est attendu depuis le printemps 2022 et déplore qu’aucune nouvelle consultation à ce sujet n’ait eu lieu depuis 2020.

Selon le FRAPRU, quelque 160 000 logements sociaux devraient être construits d’ici 15 ans afin qu’ils représentent 20 % du parc locatif, un minimum dans le contexte actuel de surenchère. L’organisme va plus loin, réclamant l’interdiction des hébergements de courte durée de type Airbnb, une mesure nécessaire dans un contexte de crise qui permettrait de remettre sur le marché au moins 30 000 logements.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV le parcours et le profil de l’étape du jour (13ème) entre Agen et Pau – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné