la bataille qui fracture la gauche – .

la bataille qui fracture la gauche – .
la bataille qui fracture la gauche – .

Ce dimanche 7 juillet, les électeurs de la 1re circonscription du Nord devront arbitrer un duel inédit : le candidat LFI – Nouveau Front Populaire Aurélien Le Coq affrontera Carole Leclercq, la candidate du Rassemblement national. Pour la première fois dans l’histoire de cette circonscription emblématique, celle qui regroupe la plus grande partie de Lille, mais aussi Loos et Faches-Thumesnil, le RN sera présent au second tour d’une élection législative. Finaliste il y a deux ans, la candidate du MoDem Vanessa Duhamel avait été éliminée de la course de 243 voix sur un total de 41 000 électeurs…

Le résultat final ne fait aucun doute. Arraché aux urnes en 2017 par Adrien Quatennens en 2017, cet ancien bastion socialiste restera aux mains de La France insoumise (LFI). Et ce malgré le retrait de l’ancien bras droit de Jean-Luc Mélenchon, condamné à quatre mois de prison avec sursis pour violences conjugales, et son remplacement par Aurélien Le Coq. Malgré aussi la candidature dissidente de la féministe LFI Amy Bah qui n’a recueilli que 8,8 % des voix au soir du premier tour malgré le soutien de nombreux Verts et socialistes lillois – dont la maire de Lille, Martine Aubry. Et pourtant, la campagne n’a pas fini de faire parler d’elle. Car elle laissera des traces profondes.

Législatives 2024 : dans le fief d’Adrien Quatennens, la dissidente Amy Bah reçoit le soutien de Martine Aubry et de Verts lillois

Au téléphone, marchant d’un pas rapide vers la place de la République pour une manifestation de soutien à la Maison des femmes, Amy Bah confie fermement à Mediacités : « J’ai beaucoup de colère en moi. Mais elle se transforme en force car je suis habituée à ce qu’on veuille me faire taire. Dès dimanche soir, on va expliquer ce qu’il s’est réellement passé. » La présidente lilloise du mouvement féministe « Nous toutes », qui s’est imposée deux jours de repos au lendemain du premier round avant de revenir au combat, a hâte de se vider la tête. Et de dénoncer le patriarcat, les menaces, les intimidations et le harcèlement auxquels, dit-elle, elle a survécu.

Mais Amy Bah a du mal à se retenir. « Je pensais naïvement qu’entre alliés, on se respecterait un minimum, poursuit-elle d’un débit de mitraillette. Tout le monde m’avait prévenue que ça allait être dur. Mais je n’ai pas réfléchi à ce point ! Je suis la fille qui a fait partir Adrien Quatennens. Il a donc fallu qu’ils se vengent de moi. Ils ont tagué mes affiches sans attaquer celles du RN, ils m’ont traitée de menteuse, d’escroc, ils m’ont suivie dans…

Nous vous offrons l’accès à cet article

Et à toutes nos enquêtes pendant deux jours !
Oui, nous sommes généreux

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Jonathan Clauss dans un autre club de Ligue 1 ? – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné