L’Opac de l’Indre innove pour recruter des gardes – .

L’Opac de l’Indre innove pour recruter des gardes – .
L’Opac de l’Indre innove pour recruter des gardes – .

« Je n’ai pas d’enfants, pas de mari et j’ai le permis de conduire. Je suis libre comme l’air », s’enthousiasme Nathalie Dessolier, 52 ans, présente au job dating organisé mercredi 3 juillet à Châteauroux par l’Office public de l’habitat, de l’aménagement et de la construction (Opac). Le bailleur social de l’Indre a décidé d’innover en imaginant une nouvelle façon de recruter de nouveaux gardiens d’immeuble.

A travers le département, il en emploie déjà 24. Sur la place de Champagne, dans le quartier de Beaulieu, les participants se rassemblent autour d’un stand et attendent leur tour. « Je suis au chômage depuis trois mois et je souhaite retrouver un emploi. J’aime le contact humain, je serais ravie de me lancer dans ce métier » Nathalie poursuit. Pour d’autres, c’est l’occasion de se reconvertir. Eugène Harisoa, 23 ans, et sa mère, 58 ans, ont tous deux envie de changement. « Je souhaite élargir mes horizons et enrichir mon CV. Devenir gardien de but serait un défi supplémentaire », confie la jeune femme.

« Avec les rencontres professionnelles, les gens sont moins stressés »

Pour Julie Gerbaudlt, secrétaire générale de l’Opac 36, le job dating présente de nombreux avantages. « Être à l’extérieur permet d’être visible pour des personnes qui n’étaient peut-être pas au courant de l’événement. » Ici, pas de CV ni de lettre de motivation, tout est fait pour faciliter la démarche des candidats. « On voit bien que les entretiens traditionnels dans un bureau peuvent rebuter les candidats. Nous avons voulu supprimer cet aspect formel. Avec le job dating dans la rue, les gens sont moins stressés. Cela ressemble davantage à une discussion naturelle entre deux personnes. »

C’est ce que confirme un ouvrier d’Impériales Wheels, la société de jantes en alliage Diors récemment liquidée, venu lui aussi tenter sa chance : « Je travaille dans l’entreprise depuis trente-sept ans, je n’ai donc jamais eu à passer un entretien d’embauche. Quand j’ai appris qu’il s’agissait d’une séance de job dating, cela m’a tout de suite rassuré. »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Une école d’Alençon nommée Gabrielle-Grandière, inventrice de la « Pirouette, cacahuète » – .
NEXT où la circulation sera-t-elle perturbée du 15 au 19 juillet 2024 ? – .