L’armée allemande choisit Airbus pour deux satellites d’une valeur de 2,1 milliards d’euros – .

L’armée allemande choisit Airbus pour deux satellites d’une valeur de 2,1 milliards d’euros – .
L’armée allemande choisit Airbus pour deux satellites d’une valeur de 2,1 milliards d’euros – .

L’avionneur européen Airbus a annoncé jeudi 4 juillet la signature d’un contrat d’une valeur de 2,1 milliards d’euros avec l’armée allemande pour la construction d’un système de satellites militaires sécurisé. Le système comprend la conception, l’intégration, les tests et la mise en orbite de deux nouveaux satellites militaires de télécommunications géostationnaires construits par Airbus.

Baptisés SatcomBw 3, les deux satellites géants de 6 tonnes sont les équivalents allemands des satellites militaires français Syracuse ou britannique Skynet. Ces satellites serviront de réseaux de communication autonomes pour l’armée allemande, notamment pour les opérations extérieures et les forces spéciales. Ils remplaceront les satellites SatcomBw stage 2 d’ancienne génération, fournis par l’avionneur européen depuis 2009.

Ils seront fabriqués à partir de la plateforme Eurostar Neo du groupe. Le constructeur de satellites allemand OHB intégrera également la production. Le contrat comprend également la « modernisation du segment sol existant pour exploiter les nouveaux satellites ainsi que des services opérationnels pendant 15 ans, avec possibilité de prolongation », a précisé le groupe dans un communiqué.

900 millions d’euros pour les programmes spatiaux

Cette commande donne un peu de répit au groupe Airbus. Il avait annoncé fin juin une provision de 900 millions d’euros pour ses programmes spatiaux au premier semestre de cette année. Quatre mois plus tôt, le groupe avait comptabilisé dans ses résultats annuels une charge de 600 millions d’euros pour sa branche Défense & Espace, pointant du doigt la mauvaise gestion de ses programmes de satellites.

Le groupe a notamment payé l’échec de son programme de satellites OneSat. Lancé en 2018, il devait déboucher sur la vente de trois unités par an. Le constructeur n’en a vendu que huit depuis, soit environ moitié moins. En cause : un ralentissement de la demande concomitant à l’arrivée sur le marché de nouveaux entrants, comme les constellations en orbite basse Starlink du constructeur américain SpaceX.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Risque d’annulation des vols entre le Maroc et la France – .
NEXT La piste du féminicide privilégiée par le Ministère public