Les quatre accusés devront faire leurs preuves.

Les quatre accusés devront faire leurs preuves.
Les quatre accusés devront faire leurs preuves.

L’audience s’est achevée très tard dans la nuit, mercredi 3 juillet 2024, dans le secret d’une séance à huis clos. Quatre adolescentes, âgées de 16 à 18 ans, étaient jugées devant le tribunal pour enfants pour répondre de l’agression d’une collégienne, trois mois plus tôt, dans un parc situé près de l’école Jules-Verne à Tours (Indre-et-Loire). Sept jours d’incapacité totale de travail avaient été prescrits.

La scène a été filmée par l’un d’eux et diffusée quasi simultanément sur les réseaux sociaux – un phénomène appelé « happy slapping » qui consiste à filmer l’agression physique d’une personne.

Leur sort sera déterminé le 25 février 2025

Cette première audience a porté uniquement sur l’établissement de la culpabilité des prévenus. Trois d’entre eux ont été reconnus coupables de violences aggravées (1), deux de vols en réunion (2), et deux d’enregistrement et de diffusion de l’agression, a précisé la procureure de Tours, Catherine Sorita-Minard, à l’AFP. La Nouvelle République, Jeudi 4 juillet 2024.

Les quatre adolescents seront soumis à une période de probation qui permettra au juge « évaluer la peine en fonction de l’avancement de la mesure éducative judiciaire provisoire » dont l’exécution et la coordination seront confiées au service de protection judiciaire de la jeunesse. « Cette mesure peut être adaptée en fonction des besoins et du développement des mineurs », explique Catherine Sorita-Minard. Ce système se divise en trois volets : l’intégration, la réparation et la santé, éventuellement sous forme de soutien psychologique.

L’audience de détermination de la peine est prévue le 26 février 2025. D’ici là, les quatre mineurs sont également placés sous contrôle judiciaire, qui comprend un couvre-feu nocturne, une interdiction de contacter la victime ou de se présenter à son domicile, ainsi que de contacter les coauteurs.

(1) Ce dernier a été reconnu coupable de complicité de violences aggravées.

(2) Ils avaient volé les chaussures et le téléphone de la victime.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Basket-ball. MSB. Vincent Loriot « Chaque match sera une bataille » – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné