Les points chauds du second tour en Île-de-France – .

Les points chauds du second tour en Île-de-France – .
Les points chauds du second tour en Île-de-France – .

Si le second tour de ces élections législatives s’annonce serré dans de nombreuses circonscriptions d’Île-de-France, 20 minutes a sélectionné pour vous quelques duels à suivre de près, que ce soit pour leur portée symbolique ou pour l’indécision révélée par les résultats du premier tour.

Duels fratricides, anciens ministres en danger, retraits décisifs ? Le point.

Stanislas Guerini en danger dans le 3e arrondissement de Paris

Figure historique du macronisme, l’ancien ministre de la Transformation publique, Stanislas Guerini, a été distancé de 12 points dans la 3e circonscription de Paris par l’écologiste Léa Balage El Mariky, passée tout près d’être élue au premier tour (46,15%).

Même s’il pourra probablement compter sur les 4.118 voix du candidat LR, Paul Hatte, le candidat de la majorité présidentielle, qui a reçu le soutien de Gabriel Attal ce dimanche, devra convaincre davantage, et probablement prier, s’il veut combler les 6.440 voix qui le séparent du candidat du NFP.

Duel fratricide dans le 20e arrondissement de Paris

« Purgée » des investitures de LFI, Danielle Simonnet, députée sortante de la 15e circonscription de Paris affrontera Céline Verzeletti, candidate investie par les Insoumis, au second tour. Un duel explosif avant même les résultats du premier tour qui prend une tournure tout aussi sensible ce dimanche.

La dissidente, Danielle Simonnet, qui a apporté 19 points à son adversaire du NFP (41,87% contre 22,87%) a demandé, avec d’autres députés, le retrait de ce dernier. Sans succès.

Autre circonscription, autre ville, mais même situation pour Alexis Corbière en Seine-Saint-Denis

Lui aussi n’a pas accepté de ne pas être investi par LFI dans sa circonscription. Il n’a pas non plus renoncé à son siège de député sortant, dans la 7e circonscription de Seine-Saint-Denis. Lui aussi est arrivé en tête au premier tour et se retrouve face à une « sœur ennemie » insoumise au second.

Avec 40,19% des voix au premier tour, Alexis Corbière n’a « que » 2.062 voix d’avance sur son adversaire Sabrina Ali-Benali (36,39%). Une avance moins confortable que celle de Danielle Simonnet qui obligera le dissident à lutter jusqu’au bout s’il veut conserver sa place à l’Assemblée nationale.

Rachel Kéké, victime du RN dans la 7e circonscription du Val-de-Marne ?

Elle a été élue de justesse en 2022 (50,12%) au second tour face à l’ancienne ministre des Sports Roxana Maracineanu et pourrait bien devoir recompter chaque vote ce dimanche. Rachel Kéké, députée sortante de la 7e circonscription du Val-de-Marne, est arrivée en tête au premier tour devant le candidat LR et maire de L’Haÿ-les-Roses, Vincent Jeanbrun. Mais les 9 points qui séparent les deux qualifiés pour le second tour (43,65% contre 34,64%) ne garantissent pas sa victoire puisque Vincent Jeanbrun pourrait bénéficier du soutien des électeurs du candidat d’extrême droite, Claude Lédion, qui avait recueilli 18,89% des voix.

Dieynaba Diop peut-elle créer la surprise dans les Yvelines ?

Arrivée deuxième au premier tour, la candidate du NFP, Dieynaba Diop, peut espérer combler le déficit de 5 points (29,64% contre 34,48%) qu’elle a derrière le candidat du RN, Laurent Morin dans la neuvième circonscription des Yvelines.

Porte-parole du Parti socialiste et élue des Mureaux, elle a réussi à devancer de près de 5.000 voix le député sortant (MoDem) Bruno Millienne (21,35%). Une performance qui lui vaut également le désistement de ce dernier en sa faveur et qui pourrait lui permettre de bénéficier d’une réserve potentielle de 13.340 voix.

Ne manquez rien des élections législatives de 2024

Une victoire serait une première dans cette circonscription historiquement penchée à droite.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Près de Toulouse. Il rate son plongeon et se noie dans une piscine publique.
NEXT gros plan sur la Brasserie Sulauze – .