Les confidences d’une femme – .

La porte est ouverte pour que Kent Hughes se débarrasse de Christian Dvorak, et les Jets de Winnipeg semblent être le partenaire idéal pour cette transaction.

En effet, après avoir essuyé plusieurs refus durant la période des agents libres, les Jets recherchent désespérément un joueur de centre.

Des rumeurs persistent selon lesquelles Rutger McGroarty pourrait se diriger vers Montréal et Dvorak pourrait être inclus dans la transaction, mais sans que ce dernier ait un poids quelconque en termes de valeur de transaction. (Ce ne serait qu’une « baisse de salaire »).

Il est aussi possible que Dvorak arrive à Winnipeg dans le cadre d’une transaction distincte de celle de McGroarty. En fait, Dvorak ne vaut absolument rien sur le marché des transactions.

Kent Hughes veut simplement se débarrasser de son salaire de 4,4 millions $ pour une année de plus. On se demande même s’il ne devra pas sacrifier un choix peu probable pour convaincre Winnipeg.

Mais les Jets veulent désespérément un pivot à double sens. Avec un salaire de 4,4 millions de dollars pour une année supplémentaire, Dvorak peut remplir ce rôle pour les Jets. Et ils peuvent se le permettre en termes de salaire.

Après une saison régulière impressionnante en 2023/24, les Jets de Winnipeg ont connu des difficultés, perdant en cinq matchs contre l’Avalanche du Colorado.

Les journalistes du Manitoba ont critiqué Winnipeg pour ne pas avoir joué assez bien en défensive. Disons simplement que le directeur général Kevin Cheveldayoff connaît un été difficile.

La situation semble empirer, avec la demande d’échange de Rutger McGroarty et les échecs répétés de l’agence libre, où trois agents libres ont préféré d’autres équipes.

Darren Dreger le résume bien :

« Journée difficile pour les Jets de Winnipeg. Ils ont essayé de prolonger le contrat de Sean Monahan, ça n’a pas marché, il va à Columbus, ils ont essayé avec Henrique… ça n’a pas marché, ils ont essayé avec Lizotte, ça n’a pas marché. Chevy a du pain sur la planche. »

Avec le départ de Rick Bowness et de plusieurs joueurs, l’équipe subira des changements importants dans le but de revenir aux séries éliminatoires pour la saison 2024-25.

Avec très peu de gros agents libres encore disponibles, ils doivent maintenant faire des mouvements sur le marché des échanges.

On dit que Winnipeg aurait offert autant d’argent que Columbus pour Sean Monahan, mais il ne voulait pas rester dans la pire ville d’Amérique du Nord.

Quoi qu’il en soit, ce que Colomb a payé pour Monahan n’a aucun sens. 5 ans et 5,5 millions de dollars par an pour un total de 27,5 millions de dollars, c’est insensé.

Imaginez. Jonathan Marchessault a empoché exactement cette somme. En voyant la lenteur de Monahan en séries éliminatoires, on peut dire que Columbus a fait une grosse erreur.

Mais Winnipeg a aussi été rejeté par Blake Lizotte et Adam Henrique. Personne ne veut aller jouer à Winnipeg. La seule façon d’obtenir ce centre défensif est par le biais d’un échange.

Au moins Dvorak ne pourra pas influencer négativement ses jeunes coéquipiers dans la débauche à Winnipeg puisqu’il n’y a absolument rien à faire.

Winnipeg offre un environnement beaucoup plus calme et moins distrayant que Montréal, ce qui pourrait être bénéfique pour Dvorak… et le vestiaire des Jets.

La ville, connue comme la pire ville d’Amérique du Nord, n’offre pas la même variété de distractions nocturnes que Montréal. Cela signifie que Dvorak pourrait se concentrer davantage sur sa carrière et ses performances sur la glace, loin des tentations.

Rappelons que cette saison, c’est une femme qui a retenu l’attention dans la vie de Cole Caufield. Il s’agit d’une célèbre « Only model » reconnue pour sa beauté et sa popularité auprès des jeunes hommes du Québec.

Début mai, elle a accepté de partager des détails sur sa relation avec Caufield sous couvert d’anonymat, nous donnant un aperçu privilégié de sa vie privée.

C’est elle qui nous a révélé l’impact négatif de la présence de Christian Dvorak sur Caufield. Elle a décrit comment Dvorak, bien qu’étant un bon ami de Caufield, a créé une situation tendue en s’imposant comme colocataire dans le penthouse de Cole à Griffintown.

Cole n’avait jamais vraiment eu l’intention de partager son espace personnel, mais il ne pouvait pas refuser la demande de son ami. Le plus gros problème de Caufield est qu’il ne sait pas dire non.

De plus, cette femme a mentionné de nombreuses soirées où Cole, voulant passer du temps au calme avec elle ou d’autres proches, était entraîné dans des fêtes impromptues par Dvorak.

Ces derniers revenaient souvent des restaurants ou des bars avec des amis pour organiser des after-party à l’appartement, perturbant ainsi le repos de Caufield et sa préparation pour ses matchs.

Il n’est donc pas surprenant que Kent Hughes cherche activement à échanger Dvorak cet été. L’influence négative de Dvorak sur Caufield est devenue une préoccupation majeure pour les dirigeants des Canadiens.

Caufield, qui possède un immense potentiel, mérite de grandir dans un environnement sain, propice à son développement en tant que joueur et en tant que personne.

Les confidences de cette femme, qui acceptera un jour de dévoiler son identité, soulignent l’importance de maintenir un environnement positif pour les jeunes athlètes talentueux comme Caufield.

Voilà pourquoi Hughes doit absolument trouver une façon de transférer Dvorak à Winnipeg. La porte n’a jamais été aussi grande ouverte.

Ce qui pourrait effrayer les Jets est le fait que Christian Dvorak a également eu du mal à rester en santé pendant son séjour à Montréal, manquant 96 matchs en trois saisons.

Acquis par Marc Bergevin en septembre 2021 en retour de choix de première et de deuxième ronde, Dvorak n’a pas été à la hauteur des attentes, tant sur la glace qu’à l’extérieur. Même lorsqu’il est en santé, il n’a pas été à la hauteur des attentes.

Mais les Jets sont tellement désespérés qu’ils pourraient accepter le joueur problématique pour un salaire de 4,4 millions de dollars la saison prochaine.

Le départ de Dvorak permettrait au CH de retrouver une atmosphère plus saine et constructive dans le vestiaire, aidant des joueurs comme Caufield à se concentrer sur leurs performances.

Les prochaines semaines seront cruciales dans ce dossier. Les Jets sont en difficulté au centre et qu’on aime ou non Dvorak, il peut être un joueur qui stabilise une formation. On parle d’un joueur qui ne fait pas d’erreurs, qui gagne ses mises en jeu et qui a joué en deçà de son véritable talent à Montréal.

Au tour de Kent Hughes de jouer. L’occasion est trop belle pour la laisser passer…

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Sur cette plage du sud de la France, les déchets sont ramassés par… des dromadaires ! – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné