Face à une éventuelle victoire du RN, inquiétudes chez les professionnels de santé – .

Face à une éventuelle victoire du RN, inquiétudes chez les professionnels de santé – .
Face à une éventuelle victoire du RN, inquiétudes chez les professionnels de santé – .

A quoi pourrait ressembler une politique de santé aux couleurs du Rassemblement national (RN) ? Depuis le début de la campagne des législatives, les prises de position se multiplient pour exprimer les inquiétudes des acteurs du secteur médical, et appeler à faire « bloc » à l’extrême droite.

« Nous nous engageons à protéger la santé de tous ceux qui en ont besoin, sans distinction, et à ne jamais renier notre serment et notre éthique »écrivent quelque 5 000 soignants – infirmiers, médecins, sages-femmes, aides-soignantes, psychologues, chirurgiens-dentistes… – dans un communiqué rendu public vendredi 28 juin. « Nous sommes particulièrement alarmés par les politiques dites de « préférence nationale », qui exacerbent les inégalités et risquent de fracturer davantage notre société, entraînant des conséquences désastreuses pour la santé publique et la cohésion sociale », ils supportent.

Le 22 juin, plus de 3 600 professionnels ont défendu, dans une tribune publiée par Mediapart, leur « opposition aux partis d’extrême droite et à leurs desseins mortels pour notre République et la santé publique ». Ces « tu vas empirer[ent] « L’état d’un système de santé et de protection sociale fragilisé depuis de nombreuses années »ils ont averti, appelant à ” bloquer “ en votant pour le Nouveau Front Populaire.

Si les consignes de vote peuvent faire débat dans la collectivité, deux sujets cristallisent les alertes : la remise en cause de l’Aide médicale d’État (AME) – couverture santé destinée aux patients sans papiers, soumise à conditions de ressources – et la restriction de l’accueil des médecins étrangers (les Padhue, praticiens aux diplômes hors Union européenne).

Lire aussi le rapport : Article réservé à nos abonnés Aide médicale d’État : à Saint-Denis, « d’énormes retards de diagnostic chez les patients qui n’ont pas d’assurance maladie »

Ajoutez à vos sélections

« Le rejet des étrangers, la préférence nationale, qui se reflètent dans ces deux mesures, sont une constante, l’un des points fixes du programme du Rassemblement national. »note le professeur André Grimaldi, membre d’un collectif de soignants et de patients mobilisés.

« Une idéologie contraire à l’esprit du service public »

Ces derniers mois, la réforme de l’aide médicale d’État, envisagée par le gouvernement dans le cadre de la loi sur l’immigration, a ébranlé la majorité présidentielle et provoqué une levée de boucliers parmi les personnels soignants. Une réforme à laquelle le parti présidentiel n’a cependant pas renoncé – même s’il ne l’a pas inscrite en tant que telle dans son programme : le Premier ministre, Gabriel Attal, l’a assuré dans un entretien au quotidien français Figarole 25 juin, que, s’il restait au pouvoir, il développerait ce système conformément au rapport Evin-Stefanini commandé sur le sujet.

Il vous reste 39.94% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Que faire le lundi 15 juillet gratuitement dans les Alpes-Maritimes ?
NEXT Quatre idées de sorties dans la région de Brest ce mardi – .