Un Budget Colossal de 350 Milliards de Francs CFA d’ici 2025 – .

Un Budget Colossal de 350 Milliards de Francs CFA d’ici 2025 – .
Un Budget Colossal de 350 Milliards de Francs CFA d’ici 2025 – .

Le Sénégal a adopté un plan ambitieux de relance de son industrie pharmaceutique, nécessitant une enveloppe de 350 milliards de francs CFA, dont 200 milliards ont déjà été mobilisés. Cette information a été confirmée par le professeur Yérim Mbagnick Diop, responsable de la cellule de gestion du projet de relance de l’industrie pharmaceutique locale.

Le professeur Diop a indiqué que le budget de 350 milliards de francs CFA couvrira des projets publics et privés. Le Sénégal ambitionne de devenir souverain dans ce domaine. A ce titre, le pays propose de ne plus importer une centaine de molécules d’ici décembre 2025, la Pharmacie nationale d’approvisionnement.

Cette mesure est jugée contraignante car elle assure aux industriels un retour sur investissement en produisant ces molécules. La Pharmacie nationale d’approvisionnement, ayant changé de statut, jouera un rôle central en détenant l’ensemble du marché public, y compris les besoins des hôpitaux.

Le professeur Diop a ajouté que sur les besoins de la PNA, il est essentiel de s’affirmer pour permettre à l’industrie existante de reprendre son souffle sur les médicaments essentiels. En janvier 2024, le ministère de la Santé a déjà émis un arrêté, dit « arrêté de corrélation », qui vise à réduire les importations de produits pouvant être fabriqués localement, à condition que les fabricants répondent à la demande locale.

Il a également souligné les défis de compétitivité auxquels font face les industriels sénégalais face à des concurrents comme l’Inde, notamment en matière de matières premières. Des mesures incitatives, telles que des avantages fiscaux et fonciers, sont nécessaires pour aider les industries à s’implanter dans le pays.

Le projet des Zones économiques spéciales (ZES) prévoit la création d’un parc pharmaceutique, élément crucial pour la relance de l’industrie pharmaceutique au Sénégal. Le professeur Diop a conclu en soulignant l’importance de l’engagement et de la volonté politique de l’Etat pour parvenir à la souveraineté pharmaceutique.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Quentin Guillemain quitte Chartres et va démissionner du conseil municipal – .
NEXT La préfecture interdit la manifestation sur toute l’agglomération dijonnaise – .