Comment les compagnies d’assurance gèrent-elles les dommages liés aux intempéries ? – rts.ch – .

Comment les compagnies d’assurance gèrent-elles les dommages liés aux intempéries ? – rts.ch – .
Comment les compagnies d’assurance gèrent-elles les dommages liés aux intempéries ? – rts.ch – .

Après Morges le 26 juin, c’était au tour d’autres régions de Suisse comme le Valais et le Tessin de faire face aux intempéries et aux inondations le week-end du 29. Des centaines de personnes ont vu leur maison endommagée. Après la tempête, il est temps de faire fonctionner nos assurances. Comment cela fonctionne-t-il concrètement ?

Comment entreprendre les démarches pour obtenir une indemnisation au plus vite après un sinistre ? Si dans la plupart des cantons romands, c’est l’Etablissement cantonal d’assurance (ECA) qui est chargé de la couverture des bâtiments, le Valais et Genève sont les deux cantons romands où il faut obligatoirement être assuré auprès d’une assurance privée, comme c’est le cas pour l’assurance habitation pour les objets à l’intérieur des habitations.

« Ne vous mettez pas en danger »

« Il faut d’abord laisser passer l’événement et ne pas se mettre en danger », explique Martin Steinauer, responsable des sinistres pour la Suisse romande à la Mobilière, dans l’émission On en parle de la RTS. « La catastrophe va durer un certain temps, pendant lequel les pompiers et les services de secours vont gérer la situation. Une fois l’événement passé, il faut faire une déclaration de sinistre rapide, de préférence par téléphone, afin que nous puissions nous rendre sur place le plus rapidement possible pour évaluer les dégâts. »

Faut-il éviter de commencer le nettoyage ou d’entreprendre des travaux avant d’avoir contacté son assurance ? « Bien au contraire, puisque nous demandons à nos assurés de tout mettre en œuvre pour réduire le montant des dégâts, précise Martin Seinauer. Mais encore une fois, le travail est dur et il vaut mieux nous laisser faire appel à des entreprises spécialisées pour les gros travaux comme l’enlèvement de meubles, de boue ou de limon. »

>> Écoutez aussi La Matinale :

Quelle assurance paie quoi en cas d’accident dû aux intempéries ? Interview de Vojislav Mijic / La Matinale / 9 min. / aujourd’hui à 07:16

Confort minimum assuré

Comment les personnes qui se retrouvent sans domicile fixe après avoir dû évacuer leur domicile en pleine nuit peuvent-elles obtenir de l’aide de leur assurance ? « Dans un premier temps, nous permettons à l’assuré de se mettre dans une situation de confort minimal, c’est-à-dire que nous lui versons des dépôts très rapidement pour qu’il puisse s’équiper de vêtements et trouver un nouveau logement, par exemple dans un hôtel ou dans certains cas chez le voisin ou chez l’habitant. Si les dégâts ne peuvent pas être réparés à court terme, nous prenons en charge les frais de relogement dans un appartement ou une maison pendant plusieurs mois. »

Pour ce qui est des meubles, l’approche est différente. « Nous évaluons dans quelle mesure les objets ont été submergés par l’eau et endommagés. S’il y a des meubles qui peuvent encore être sauvés, qui étaient un peu en hauteur, qui n’étaient pas en contact avec l’eau. Il y a donc un tri et c’est pourquoi nous demandons aux assurés d’attendre nos instructions. Nous mandatons des entreprises spécialisées sur place qui aideront le client dans ses opérations de tri et de déblayage en même temps. » À noter qu’il est recommandé de prendre des photos des objets endommagés, afin de documenter les dégâts le plus précisément possible.

Des conséquences pour l’avenir ?

L’augmentation de la fréquence et de l’intensité des sinistres liés au changement climatique, avec les exemples des inondations à Morges (VD) récemment et des inondations historiques en Valais ce week-end, pourrait-elle avoir des conséquences sur les modèles d’assurance ?

« Bien sûr, cela nous inquiète. Je ne veux pas parler au nom de tous les assureurs, mais personnellement, en tant que gestionnaire de sinistres, des défis se présentent à nous pour l’avenir. Il est clair qu’à l’avenir, nous devrons peut-être réévaluer la manière dont nous couvrons ces risques », conclut Martin Steinauer.

Sujet radio : Quentin Bohlen

Adaptation web : Myriam Semaani

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Agadir prépare la sélection du stade pour la Coupe du monde 2030 – .
NEXT A Lyon, baignade dans le Rhône annulée, pas de nouvelle expérimentation avant 2025