Prisca Thevenot rejette les accusations de « coup d’État administratif » portées par Marine Le Pen – .

Prisca Thevenot rejette les accusations de « coup d’État administratif » portées par Marine Le Pen – .
Prisca Thevenot rejette les accusations de « coup d’État administratif » portées par Marine Le Pen – .

A l’issue du Conseil des ministres, mercredi 3 juillet, la porte-parole du gouvernement Prisca Thevenot a répondu aux accusations de “coup d’Etat administratif” proférées par Marine Le Pen, présumant qu’Emmanuel Macron allait procéder à un grand nombre de nominations express à différents postes gouvernementaux.

« On savait que Marine Le Pen mentait. Maintenant, on sait qu’elle manipule. » Ce mercredi, lors du compte-rendu du Conseil des ministres, Prisca Thevenot a répondu aux accusations de l’ancienne candidate du Rassemblement national à l’élection présidentielle.

Pour rappel, s’exprimant mardi sur France Inter, ce dernier a soupçonné “un coup d’Etat administratif” de la part d’Emmanuel Macron, évoquant des “rumeurs” selon lesquelles le président privilégierait des nominations express à différents postes clés de l’Etat.

Face à la curiosité des journalistes, le porte-parole du gouvernement a ainsi invité Marine Le Pen à « garder son sang-froid » et à « peut-être lire la Constitution ». En outre, cette dernière a indiqué que ce n’était « pas une nouveauté d’avoir des rendez-vous », surtout « juste avant la période estivale ».

Candidate à sa réélection dans les Hauts-de-Seine, Prisca Thevenot a annoncé « moins de dix candidatures aujourd’hui ».

Des rumeurs, puis des noms

Alors que des rumeurs annonçaient des changements à la direction de la police nationale, voire de la gendarmerie nationale, le porte-parole du gouvernement a annoncé la promotion de Philippe Tireloque au poste de directeur de la Sécurité publique.

Le compte rendu écrit du Conseil des ministres, distribué dans l’après-midi, a ensuite officialisé les nominations suivantes :

Parmi eux figurent Agnès Diallo et Didier Trutt, respectivement nommés « Directeur général de l’Imprimerie nationale » et « Président du conseil d’administration de l’Imprimerie nationale », à compter du 8 juillet 2024, sur proposition du ministre de l’Economie.

Sur proposition du ministre de l’Intérieur, Philippe Tireloque et Jérôme Harnois ont également été nommés. Ce dernier sera « préfet de Charente » à partir du 19 août 2024.

Finalement, sur proposition du ministre de la Justice, Christine Allais et le général de corps d’armée Benoit Paris ont été nommés conseillers d’Etat en service extraordinaire. Ils prendront leurs fonctions respectivement les 1er et 5 septembre 2024.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV stationnement interdit dans plusieurs rues à partir du lundi 15 juillet – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné