Le défilé de la fierté de Toronto perturbé par une manifestation : le directeur « déçu » – .

Le défilé de la fierté de Toronto perturbé par une manifestation : le directeur « déçu » – .
Le défilé de la fierté de Toronto perturbé par une manifestation : le directeur « déçu » – .

TORONTO — Le directeur général de Pride Toronto se dit « très déçu » que des manifestants pro-palestiniens aient forcé l’arrêt du défilé annuel de dimanche, arguant que répondre à leurs demandes priverait la communauté LGBTQ+ de la ville d’un soutien essentiel.

Kojo Modeste a déclaré dans une interview que Pride Toronto a publié plusieurs déclarations exprimant son soutien aux Palestiniens LGTBQ+ et aux civils de Gaza dévastés par la guerre entre Israël et le Hamas.

Modeste a ajouté qu’il n’approuvait pas les actions des manifestants qui se sont rassemblés près de l’intersection de Yonge et Wellesley et ont bloqué le parcours du défilé, certains brandissant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « Pas de fierté dans le génocide » et « Arrêtez le pinkwashing » tout en scandant « Libérez la Palestine ».

« Je n’étais pas choqué, mais très déçu », a déclaré Kojo Modeste.

« La pride étant une manifestation, je pense que c’est quelque chose qui peut se produire à tout moment. Mais pour moi, cela doit se faire de manière respectueuse. Cela doit se faire de manière pacifique et cela ne doit pas déranger les autres personnes qui veulent profiter et célébrer la pride », a-t-il ajouté.

Le défilé de dimanche a commencé à 14 heures, alors qu’une foule nombreuse s’est jointe à l’un des plus grands événements de la Fierté au Canada, sifflant, frappant sur des tambours, marchant et agitant des drapeaux dans le centre-ville de Toronto.

Quelques heures plus tard, la police de Toronto a publié sur les réseaux sociaux qu’une manifestation avait perturbé la manifestation. Pride Toronto a ensuite annoncé que le reste du défilé avait été annulé, invoquant des problèmes de sécurité.

Réclamations

Modeste a déclaré que la décision d’annuler le défilé est intervenue après que lui et un groupe d’aînés LGBTQ+ se soient approchés des manifestants, qui ont expliqué qu’ils ne bougeraient pas à moins que Pride Toronto ne réponde à leurs demandes.

Les manifestants, qui se font appeler la Coalition contre le Pinkwashing, ont exigé que Pride Toronto coupe tout lien avec les entreprises qui, selon eux, profitent de l’offensive israélienne à Gaza.

Kojo Modeste a rétorqué que les entreprises canadiennes jouent un rôle important dans le soutien de la communauté LGBTQ+ en soutenant les événements de la Fierté et en finançant des programmes sociaux. La perte de ces services serait « très décourageante », a déclaré Modeste.

Le groupe de protestation a également exigé que Pride Toronto retire la présence policière de ses événements, mais Modeste a souligné que Pride « n’a pas d’autre choix » que de travailler avec la police pour fermer les rues et accueillir des milliers de visiteurs.

Peu de puissance

Kojo Modeste ne croit pas que perturber le défilé soit le moyen le plus efficace d’apporter un changement.

« Pride Toronto ne peut pas, et n’a pas le pouvoir, de réellement changer ce qui se passe (à Gaza) », a déclaré le directeur.

« Les politiciens, les législateurs, sont ceux qui ont l’autorité nécessaire pour contribuer à certains de ces changements. (…) Je pense que les groupes ici ciblent certaines des mauvaises institutions. Et j’espère que nous pourrons voir davantage de dialogue avec les législateurs », a-t-il poursuivi.

Il a ajouté que Pride Toronto est « plus qu’heureux » d’avoir un dialogue ouvert avec les manifestants pour entendre leurs préoccupations.

M. Modeste a déclaré que malgré les perturbations, Pride Toronto a reçu des commentaires positifs de la communauté LGBTQ+ au sujet du festival de cette année.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV aucune municipalité n’est exclue à Mékinac – .
NEXT deux semaines après sa reprise, où en est le Pau FC ? – .