les suspects arrêtés en Belgique acceptent d’être extradés – .

les suspects arrêtés en Belgique acceptent d’être extradés – .
les suspects arrêtés en Belgique acceptent d’être extradés – .

DH a appris que ce jeudi la chambre du conseil de Bruxelles examinera la double demande d’extradition adressée à la Belgique par le juge espagnol de Tenerife dans le dossier du couple belge Laura Trappeniers et Marc Olbrechts, respectivement âgés de 66 et 71 ans, disparus en avril dernier aux îles Canaries. Selon leurs avocats Guy San Bartolome et Lise Degreef, Michael A. et son fils Lucas A. ne s’opposeront pas à leur extradition pour meurtre, demandée par l’Espagne.

Disparition de Laura et Marc à Tenerife : ce que l’on sait de la troisième personne arrêtée en Espagne

Pour deux raisons précises, confient leurs avocats que nous avons contactés. D’une part, la chambre du conseil se prononce, à ce stade, sur la conformité des demandes d’extradition espagnoles. Il s’agit d’un examen purement technique et pour les avocats, « il est indiscutable que les mandats d’arrêt répondent en tous points aux conditions du mandat d’arrêt européen. Toutes les conditions sont réunies », confie Me San Bartolomé.

Ils veulent s’expliquer

Mais surtout, poursuit l’avocat spécialisé, « nos clients ne souhaitent en aucun cas retarder l’extradition et leur audition par le juge d’instruction de Tenerife ».

Pour leur conseil, Lucas A. et son père Michael A. nient « catégoriquement » leur implication dans la disparition du couple et, depuis la découverte du corps, dans le meurtre de Mme Trappeniers.

Selon leurs avocats, ces restaurateurs installés à Arona (province de Santa Cruz de Tenerife) ne nient pas avoir connu et fréquenté le couple. Contrairement à ce qui a été affirmé, ils nient « fermement » cependant qu’il y ait eu un quelconque conflit entre eux.

Nouveaux développements dans la disparition du couple belge à Tenerife : trois individus arrêtés, deux en Belgique et un sur l’île espagnole

« Ils étaient leurs locataires », confirme M. San Bartolomé, « mais ils n’avaient « aucun différend, aucune dette d’argent ou quoi que ce soit d’autre ». Ils étaient voisins. Le couple venait souvent dans leur restaurant. Ils étaient amis. Ils s’entendaient très bien. Il n’y avait aucun problème entre eux ».

Me Guy San Bartolome explique le retour du père et du fils en Belgique dans la période concomitante à la disparition du couple comme une « pure coïncidence ».

L’avocat bruxellois a tenu à préciser que leurs clients « ne se cachaient pas en Belgique. Ils ont été arrêtés à leur domicile, dans la région de Mons. Ils ne se cachaient pas ».

Le couple belge a disparu le 22 avril. Le 27, les restes de Laura ont été retrouvés dans les eaux au sud de Tenerife, mais plusieurs parties de son corps manquaient : les deux jambes et une main. Les restes du corps de Mme Olbrechts n’ont pas été retrouvés.

« Nos clients acceptent les extraditions demandées par la justice espagnole. Ils souhaitent être présentés au plus vite au juge d’instruction de Tenerife. Ils nient formellement tout lien avec elles », a ajouté M. San Bartolomé. C’est pour l’instant la position qu’ils maintiennent.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV En ville de Berne, 30 km/h marquent un point – .
NEXT Cet été, gagnez des Packs Loisirs pour 4 Personnes au Lac de Madine avec France Bleu Sud Lorraine ! – .