Le camp pro-palestinien de Victoria Square passe à l’action – .

Le camp pro-palestinien de Victoria Square passe à l’action – .
Le camp pro-palestinien de Victoria Square passe à l’action – .

Les manifestants réclament le désinvestissement de 14,2 milliards de dollars de la CDPQ dans 87 entreprises « complices de l’occupation israélienne ». Ils veulent également que la CDPQ se dote d’un « processus de surveillance transparent pour assurer le respect des droits de la personne et du droit international ».

Un rapport de l’ONU rédigé par l’experte indépendante Francesca Albanese a conclu en mars 2024 qu’« il existe des motifs raisonnables de croire que le seuil indiquant que des actes de génocide » ont été commis « contre des Palestiniens à Gaza a été atteint ». Cependant, aucun tribunal n’avait encore reconnu de crime de génocide à Gaza au moment de la rédaction du présent rapport.

De son côté, la CDPQ avait confirmé à Noovo Info qu’elle ne ferait « aucun nouvel investissement en zone de guerre, jusqu’à nouvel ordre ».

Dans une lettre envoyée à la CDPQ le 2 juillet 2024, plus de 44 organisations membres de la Coalition du Québec URGENCE Palestine et du Collectif Désinvestissement pour la Palestine souhaitent que la CDPQ rende des comptes. Elles réclament également une rencontre « urgente » avec son président Charles Émond.

« Nous refusons que l’argent de notre pension serve à financer une occupation illégale et un génocide. Une réponse du président de la CDPQ, Charles Émond, est attendue sous peu », a annoncé le collectif par communiqué.

Concernant les investissements levés par le collectif Disinvest for Palestine, la CDPQ avait soutenu que les cas diffèrent et que ses investissements directs en Israël représentent moins de 0,1 % de son portefeuille. « La CDPQ s’assure en tout temps de respecter ses obligations légales et les normes internationales dans toutes les juridictions où elle opère », avait souligné la CDPQ à Noovo Info par courriel. « La majorité des investissements concernent des multinationales et la CDPQ s’attend à ce qu’elles « respectent les normes les plus élevées partout où elles opèrent ».

Pour les 5 milliards de dollars investis dans WSP et Alstom, « Alstom nous a confirmé qu’elle n’avait aucune activité en cours au sein ou en relation avec les colonies israéliennes dans les territoires palestiniens contestés et a formellement demandé à être retirée de la liste des Nations Unies ; et WSP détient un contrat hérité d’une acquisition qui vise à assurer le contrôle qualité d’un projet de transport », ajoutons-nous dans un courriel envoyé à Noovo Info.

Avant la manifestation, une conférence de presse a été tenue en fin de matinée par les organisateurs. Les manifestants affirment que leur campement au Square Victoria s’inspire de ceux installés sur les campus universitaires au Canada et aux États-Unis.

Épisodes de vandalisme

Par ailleurs, des graffitis de plusieurs couleurs ont été observés mercredi matin par le SPVM sur la façade de la CDPQ. L’événement s’est déroulé dans la nuit de mardi à mercredi. Les individus ont pris la fuite à pied sur la rue Saint-Antoine-Ouest, selon le corps policier. L’enquête se poursuit et aucune arrestation n’a été effectuée pour le moment.

Le 24 juin au soir, des manifestants du quartier ont tenté de démolir la statue de la reine Victoria à Montréal. Le SPVM est intervenu pour les en empêcher, mais aucune tentative n’a été faite pour démanteler le campement.

Avec des informations de Marie-Michelle Lauzon et Marie-Pier Boucher pour Noovo Info

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Garibaldi, Cassini, Port Lympia… Comment se portent les entreprises locales ? – .
NEXT Toulouse les Orgues, un événement musical et magistral qui retrouve ses quartiers d’été – .