Le Maroc a-t-il arrêté un groupe de militants pour l’indépendance de la Kabylie ? – .

Le Maroc a-t-il arrêté un groupe de militants pour l’indépendance de la Kabylie ? – .
Le Maroc a-t-il arrêté un groupe de militants pour l’indépendance de la Kabylie ? – .

Le « gouvernement kabyle » en exil a démenti hier soir l’arrestation au Maroc d’un groupe de militants du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK). « Nous démentons catégoriquement cette information qui fait partie de la propagande orchestrée par le régime colonial algérien dans le but de discréditer notre mouvement », a indiqué l’instance présidée par Ferhat Mehenni dans un communiqué. « Les ennemis de la Kabylie utilisent la désinformation comme arme de guerre contre notre indépendance », a ajouté la même source.

Dans des déclarations à Yabiladi, le porte-parole du MAK chargé des relations avec le Maroc, Aksel Bellabbaci, a apporté des précisions à ce sujet. « Des médias algériens ont annoncé l’emprisonnement au Maroc de neuf militants du MAK. Une campagne lancée deux jours après ma libération en France. Ils prétendent que ces arrestations seraient une arme de pression aux mains des autorités marocaines pour contraindre les membres du MAK à commettre des actes violents en Algérie, comme mettre le feu aux forêts de Kabylie. Ce qui est complètement faux », a-t-il expliqué. « Les militants kabyles installés au Maroc ne sont d’ailleurs pas nombreux. Il n’y a que trois personnes qui bénéficient de l’asile politique là-bas », a révélé notre interlocuteur.

A la suite d’un mandat d’arrêt international émis par l’Algérie, la justice française a arrêté le 20 juin Aksel Bellabbaci pour « terrorisme ». « Je suis accusé par l’Algérie d’être le donneur d’ordre des personnes qui ont volontairement incendié la Kabylie à l’été 2021 et du meurtre de Jamal Bensmain. Je suis placé sous contrôle judiciaire. Mon procès s’ouvrira le 11 septembre à Paris », nous a-t-il déclaré.

Pour rappel, l’ancien ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, avait affirmé dans des déclarations accordées, en octobre 2021, à un média russe que « le Maroc a instrumentalisé un certain nombre de personnes et de groupes, considérés comme terroristes, et a utilisé des moyens dans sa guerre pour déstabiliser l’Algérie ».

« Les relations entre la Kabylie et le Maroc stagnent »

Dans des déclarations à Yabiladi, Aksel Bellabbaci a également évoqué les relations entre le royaume et le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie. « Elles stagnent », a-t-il affirmé. « Nous attendons l’annonce officielle de la création du collectif de soutien à la proclamation de l’Etat kabyle au Maroc pour lancer une campagne de communication auprès des partis et de la société civile », a indiqué le porte-parole du MAK, également chargé des relations avec le Maroc.

« Des partis politiques marocains ont de la sympathie pour notre mouvement mais sans le traduire en actes, tandis que d’autres sont totalement hostiles à nos revendications, à l’instar du PJD qui s’est félicité de l’interdiction d’un meeting à Agadir en soutien à la proclamation de l’Etat kabyle, le 20 avril à New York », a relevé Aksel Bellabbaci.

Pour mémoire, Ferhat Mehenni avait noté, dans un discours prononcé en mars dernier, que « depuis 2015, le Maroc stagne dans son évaluation de la situation en Kabylie et du droit à l’autodétermination. Cette stagnation est à l’origine de l’avantage pris par Alger ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un nouveau commandant pour la base navale de Toulon – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné