« Je voterai pour un candidat communiste au Havre » (Edouard Philippe) – .

« Je voterai pour un candidat communiste au Havre » (Edouard Philippe) – .
« Je voterai pour un candidat communiste au Havre » (Edouard Philippe) – .

Le maire du Havre a passé beaucoup de temps depuis lundi sur les plateaux télé à justifier sa stratégie du « ni-ni », pour « ni Rassemblement national, ni LFI ». Et la nuance est souvent dans les mots employés. Ce mercredi matin, sur le plateau de TF1, Edouard Philippe doit encore une fois se justifier alors que son choix fait débat et que certains barons du parti de Macron appellent à un front républicain, y compris en votant pour les candidats LFI.

L’ancien Premier ministre normand reste dans la ligne, mais Il a annoncé qu’il voterait dimanche dans la 8e circonscription du Havre pour le candidat du Parti communiste Jean-Yves Lecoq.est arrivé en tête dimanche soir avec près de 43% des voix. Il a devancé la candidate du RN Isabelle Le Coz (31%).Dimancheexplique le patron d’Horizons, Je vote dans la 8e circonscription de Seine-Maritime, au Havre, je voterai pour un candidat communiste« .

Le maire du Havre, très contesté à droite et au centre et accusé par certains de jouer une carte personnelle en vue de 2027, en a donc profité pour faire une mise au point. Edouard Philippe défend une position dure envers les candidats LFI, mais ouverte envers les élus locaux à l’image de Jean-Yves Le Coq, qu’il croise tous les jours dans sa ville et sa région, même s’il aurait préféré voir son candidat Horizons (ndlr : Régis Debons, 21,24% des voix, 12,47% des inscrits) se qualifier : « Je ne le fais pas de gaieté de cœur, je ne le fais pas par accord avec lui, je ne le fais pas parce que je soutiens politiquement ses positions… C’est mon adversaire, il a essayé de me battre aux dernières municipales. Je le fais parce que je préfère un élu que je connais, avec qui je travaille dans l’intérêt du Havre, même avec des divergences »« .

Pour Edouard Philippe, à gauche, il y a clairement LFI… et les autres : «Il (ndlr : le candidat communiste) Cela me semble faire partie d’une exigence démocratique que je partage, mais je ne formule pas cette position avec la France Insoumise (…) J’ai vu ces deux dernières années le parti de Jean-Luc Mélenchon devenir un parti qui s’accommodait de propos antisémites, qui « organisait » le désordre à l’Assemblée nationale (…) Je n’accepte pas cette brutalisation de la vie politique, ce non-respect des exigences démocratiques et républicaines, et donc je prends une position claire et ferme” conclut Edouard Philippe.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV plusieurs trophées décernés lors de la Kerneko Economic Morning – .
NEXT La Commission de justice adopte un projet de loi sur les nominations aux postes supérieurs – .