Les deux « Iphigénies » de Gluck, une rareté au Festival d’Aix – .

Les deux « Iphigénies » de Gluck, une rareté au Festival d’Aix – .
Les deux « Iphigénies » de Gluck, une rareté au Festival d’Aix – .

C’est la première fois qu’Emmanuelle Haïm, brillante représentante de la musique baroque et du savoir-faire français, s’attaque à l’œuvre de Christoph Willibald Gluck, deux opéras Iphigénie devant les tribunaux et Iphigénie en Taureau très rarement jouées ensemble dans une même soirée. Le Festival d’Aix lance ainsi sa nouvelle édition avec un «une saga familiale horrifiante“, celle des Atrides, famille maudite, ou comment l’Iphigénie d’Aulide, alors victime, devient la bourrelle de Tauride ? C’est à Corinne Winters, entourée de la fine fleur du chant français, de relever le défi d’interpréter le double rôle-titre. Emmanuelle Haïm, qui a fondé le Concert d’Astrée, ensemble instrumental et vocal dédié à la musique baroque, évoque ce destin hors du commun qu’elle dirige, aux côtés du metteur en scène Dmitri Tcherniakov.

C’est un événement assez unique au Festival d’Aix que de voir les deux « Iphigénies » de Gluck dans la même soirée. Pourquoi ces deux opéras n’ont-ils jamais été joués ensemble ?

Cela se faisait autrefois, mais très rarement, et peut-être il y a 30 ans. Iphigénie en Taureau est aussi une rareté en soi puisque cette œuvre a été très peu mise en scène. Je ne sais pas trop pourquoi, mais c’est comme un diptyque. Dans ces deux œuvres, il y a beaucoup de choses en miroir. Elles se font écho en quelque sorte. On suit une histoire de famille, celle des Atrides, une famille maudite. On ne peut pas faire plus tragique que cette saga familiale.

Qu’est-ce qui est unique dans cette œuvre ?

J’ai beaucoup traité de la tragédie lyrique qui précède ces deux œuvres en France. C’est une dizaine d’années après la mort de Jean-Philippe Rameau, dont j’ai mis en scène de nombreuses œuvres. Gluck s’inscrit un peu dans cette tradition tout en la révolutionnant. Il y a des prémices de romantisme et une recherche de pureté. Gluck milite pour être au plus près du mot, il n’y a pas de vocalises. C’est une recherche très sincère, très obstinée de sa part. Il cherche la note exacte qui va coller exactement aux mots qui vont exprimer un sentiment précis. Ce sont aussi des sentiments très complexes qui sont exprimés, comme chez Racine. On essaie de savoir ce que ferait un acteur sans fioritures. C’est donc une vocalité beaucoup plus intime.

Comment s’articulent la musique que vous dirigez et la mise en scène de Dmitri Tcherniakov ?

C’est complexe et unique. La relation entre le chef d’orchestre et le metteur en scène est à chaque fois unique. On se soutient mutuellement en faisant des lectures constructives et communes de l’œuvre. Ces deux choses sont alliées, sans parler du troisième élément représenté par les acteurs-chanteurs. Ils incarnent exactement cette fusion entre la musique et le théâtre. Surtout dans ces œuvres où, vraiment, théâtre et musique se mélangent fabuleusement. L’orchestre, si vous voulez, est un amplificateur extraordinaire des sentiments des personnages.

Vous avez déjà été invité par le Festival d’Aix, aimez-vous venir jouer ici ?

Beaucoup. J’ai aussi donné pas mal de concerts au Grand Théâtre de Provence avec mon ensemble, le Concert d’Astrée. Et puis, j’aime beaucoup la Provence. Il se trouve que j’avais des attaches familiales à Eguilles. J’y venais souvent quand j’étais enfant. C’est un endroit tellement poétique qu’il faut y rester longtemps. J’ai des souvenirs personnels avec mes tantes, on cueillait de la lavande qu’on mettait dans des petits sachets sous nos oreillers, on se promenait à Aix, dans la région… Qui n’aimerait pas la Provence ? C’est plutôt la question.

Jeudi 4, vendredi 5, lundi 8, jeudi 11 et mardi 16 juillet à 18h au Grand Théâtre de Provence, à Aix-en-Provence. Tarifs de 32 à 300 Tarifs jeunes de 10 à 90 .festival-aix.com

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Au India Café, rien ne change, sauf les propriétaires ! – .
NEXT « J’ai perdu un œil à cause de la poudre d’hydroxyde de sodium contenue dans l’airbag » – .