Le maire dénonce « l’expédition punitive » de Louis Boyard – .

Le maire dénonce « l’expédition punitive » de Louis Boyard – .
Le maire dénonce « l’expédition punitive » de Louis Boyard – .

Le scandale provoqué par Louis Boyard dans un bureau de vote de Villecresnes (Val-de-Marne), le jour du premier tour des législatives, a pris une nouvelle tournure.

Lundi après-midi, sur sa page Facebook, le député sortant LFI a nié avoir perturbé un bureau de vote en tenant des propos contre le racisme, comme le révèle le JDD : « C’est faux. Des propos racistes ont été tenus par un évaluateur : « La vocation des Africains est d’épouser des Blancs ». « Ces binationaux qui ont pourri la France ». J’ai fait noter ces propos au procès-verbal. Cela s’est fait sans scandale et la préfecture a été informée. »

« Agression verbale et tentative d’intimidation à l’encontre de M. Boyard »

En réaction à la version des événements des Insoumis qu’il décrit comme « tromperie » et de « manipulation », Patrick Farcy, le maire de Villecresnes, a préparé un communiqué. « L’objectif est de reproduire fidèlement les faits tels qu’ils ont été vécus et rapportés par tous les témoins présents sur place, ainsi que par les caméras de vidéosurveillance positionnées à l’entrée du bureau de vote. “, explique Patrick Farcy au JDD. Dans le communiqué de presse, le conseiller municipal « confirme l’agression verbale et la tentative d’intimidation de M. Boyard et de ses collègues dans l’enceinte de deux bureaux de vote de Villecresnes. »

Concernant les accusations de racisme d’un conseiller, Louis Boyard renvoie à deux déclarations privées d’un membre du bureau de vote, une double nationalité franco-italienne, adressée à un élu de nationalité étrangère (portugais) en attente de naturalisation.

Les propos auraient été sortis de leur contexte par l’assesseur désignée par le candidat LFI, une femme de 20 ans, qui a soigneusement noté chaque mot des autres bénévoles présents dans le bureau. Sur la première déclaration – « La vocation des femmes africaines est d’épouser des hommes blancs » –, explique dans le procès-verbal le double national franco-italien : « Ces propos sont hors contexte. J’ai personnellement travaillé pendant 30 ans dans tous les pays africains et j’ai constaté que pour échapper à leur condition sociale, les femmes africaines étaient souvent obligées d’envisager de trouver un mari européen. »

Suite après cette annonce

Sur la deuxième déclaration – « Ces binationaux qui ont ruiné la France » –, il affirme que ses propos étaient ironiques : « Étant moi-même un double national, j’ai fait une remarque privée selon laquelle je serais probablement obligé de prendre un autre billet d’avion, ayant moi-même ruiné la France. ».

UN ” opération « télécommandé » pour créer un incident ?

« L’opération a probablement été Télécommandé pour faire briller Louis Boyard, même en période électorale “, a déclaré Patrick Farcy au JDD. L’élément qui lui permet de formuler cette hypothèse : peu de temps après les deux déclarations, potentiellement rapportées par l’assesseur LFI, Trois rebelles ont fait irruption dans le bureau, bientôt rejoints par quatre autres. Leur groupe, composé de jeunes, a violemment attaqué l’assesseur binational, en criant qu’il était « raciste », de manière menaçante.

Autre preuve que tout était prémédité, selon le conseiller : l’assesseur présumée complice est partie en début d’après-midi, bien avant le dépouillement. De plus, elle avait expressément demandé à rejoindre ce bureau de vote, N°7, l’un des moins favorables à LFI. Dans le but de déstabiliser ce bureau ?

« Ils criaient à tue-tête, d’un ton extrêmement dur. Les volontaires du bureau de vote étaient terrifiés. »

Le maire dénonce « une attitude inquisitoriale » : « Ils hurlaient à tue-tête, d’un ton extrêmement dur. Les volontaires présents au bureau de vote étaient terrifiés et dévastés. Certains étaient en larmes. ».

Au cours de la campagne du premier tour, Patrick Farcy Il se garde bien de marquer une préférence pour l’un ou l’autre candidat. Mais l’attitude agressive de Louis Boyard l’oblige à prendre parti : « C’était une expédition punitive. Nous avons été confrontés à une opération commando menée par un parlementaire, ce qui est inacceptable. Il cherchait l’incident. »

Deux rapports ont été déposés : l’un à la préfecture de police, une au parquet. Les deux bureaux de vote ayant été perturbés pendant au moins vingt minutes, La mairie s’interroge sur la sincérité du scrutin. « Je ne peux pas cacher que je pourrais rencontrer des difficultés dans l’organisation de l’opération électorale de dimanche prochain. »conclut Patrick Farcy. « DDéjà, quatre évaluateurs des deux bureaux concernés seront absents lors du prochain tour de scrutin. »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Formule 1 | Mercedes F1 revient sur la fin de course « inquiétante » d’Hamilton – .
NEXT Week-end crucial pour les finances des clubs de football français – .