Lancé, le navire à hydrogène en phase de test – .

Lancé, le navire à hydrogène en phase de test – .
Lancé, le navire à hydrogène en phase de test – .

Alba, le nouveau navire à hydrogène conçu par le cabinet Mauric pour le lycée maritime de Bastia, a été lancé au chantier naval Gatto de Martigues le 26 juin. Il est entré dans une phase de tests qui durera une vingtaine de jours, avant une livraison prévue pour l’été. Sa mise en service devrait avoir lieu à la rentrée prochaine.

Le navire a déjà passé avec succès ses essais à quai et obtenu un permis provisoire de navigation pour rejoindre Eurofos, à Fos-sur-Mer, où il se trouve désormais, a appris Mer et Marine. Il doit désormais subir des opérations de « rinçage à l’hydrogène » et des « tests réglementaires à l’hydrogène », indique Julien Cometto, directeur adjoint du lycée maritime qui pilote ce projet. Les premiers essais de montée en charge ont déjà permis de dépasser les vitesses maximales prévues.

Alba est un bateau de 19,95 mètres de long, pour 5,6 de large, avec un tirant d’eau de 1,53 mètre. La coque a été optimisée pour consommer le moins possible et avoir une bonne tenue à la mer dans les conditions locales (houles courtes) avec des quilles et des volets anti-roulis. Le bateau est construit en matériaux composites par infusion avec bordé en matériaux sandwich pour optimiser le poids. Les matériaux sont biosourcés pour le roof de superstructure et la timonerie.

Le navire est équipé de deux solutions EODev REXH2 de 70 kW alimentées par neuf réservoirs d’hydrogène situés sur le pont. Les piles à combustible chargent deux parcs de batteries de 177 kWh qui alimentent les deux moteurs électriques Danfoss de 200 kW couplés à deux lignes d’arbre. L’ensemble fournit la puissance nécessaire aux besoins du navire, tant en manœuvres qu’en opérations de pêche. En navigation, à 10 nœuds, le navire dispose d’une autonomie de 110 milles.

Le projet a également mobilisé Alternative Energies, spécialiste des calculs et de l’architecture énergétique, ainsi que Bureau Veritas, pour la classification.

Pour le ravitaillement, Alba bénéficiera d’hydrogène vert produit par le courant d’écrêtement des pointes issu de la production d’un parc photovoltaïque de Corsica Sole, à quelques dizaines de kilomètres au sud de Bastia, à Folelli (projet Folell’Hy), dès le début 2025. Cet hydrogène sera stocké sur place puis transféré dans des bundles (assemblage de réservoirs d’hydrogène) pour être transporté par camion jusqu’au port de Bastia. Il pourra ainsi ravitailler le navire, via un flexible, jusqu’à un distributeur du groupe Europe Technologies, dans le port de Bastia, en faisant passer l’hydrogène d’une pression de 500 bars à 350 bars à bord du navire.

L’Alba est équipé d’un bon sonar, d’un radar à oiseaux et de nombreux engins (grue à l’arrière, treuils, vire-ligne et vire-filets) pour pratiquer les métiers méditerranéens (palangre, filet, senne). Il dispose également d’une rampe de prélèvement de sédiments et peut lever des bouées.

© Article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans le consentement de l’auteur(e)

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le dispositif « Ask Angela » arrive à Charleville – .
NEXT Laszlo Boloni s’en va, Stéphane Le Mignan officialisé ! – .