Un hiver doux offre un répit aux finances publiques à Sherbrooke – .

Un hiver doux offre un répit aux finances publiques à Sherbrooke – .
Un hiver doux offre un répit aux finances publiques à Sherbrooke – .

C’est relativement peu, mais si l’on considère que l’année dernière, à la même période, on parlait d’un déficit prévu de neuf millions, il s’agit d’un renversement de situation notable. Le plus curieux est que la cause principale de ces deux situations opposées est la même : le pic de consommation d’électricité atteint au plus fort de l’hiver.

Rappelons que le 3 février 2023, en pleine période de grand froid, les Sherbrookois ont atteint un pic de consommation d’électricité en début de soirée, au retour à la maison. Pour un maigre quart d’heure, la facture s’est élevée à 5,5 millions pour Sherbrooke!

En effet, Hydro-Québec utilise la consommation de pointe atteinte pour déterminer le prix de vente de l’électricité à Hydro-Sherbrooke pour l’ensemble de l’année. Le distributeur municipal revend ensuite l’énergie à un prix fixe, ce qui explique la différence pour les finances municipales.

Les centrales d’Hydro-Sherbrooke ne fournissent qu’une faible proportion de toute l’électricité distribuée dans le réseau, le reste étant acheté directement d’Hydro-Québec. (Archives La Tribune, Jessica Garneau/Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Sauf qu’en 2024, l’hiver a été relativement doux et le pic de consommation a été plus faible qu’anticipé, pour une variation positive de près de 6 millions attribuable à la température, a indiqué au conseil la directrice des finances de la Ville, Nathalie Lapierre.

Vendre moins d’électricité pour de meilleurs profits ? C’est certainement « contre-intuitif », a commenté la mairesse Évelyne Beaudin, soulignant l’importance de « travailler en équipe avec la population » pour tenter de limiter les pics de puissance. Elle a même avancé l’idée de prévoir « des sommes importantes en communication » pour sensibiliser les citoyens à l’impact des pics de consommation d’électricité sur les finances municipales… et ultimement sur la facture de taxes.

La crypto-monnaie continue de payer

Notons toutefois qu’il y a eu un peu moins de ventes d’électricité aux entreprises de cryptomonnaies, a aussi expliqué Mme Lapierre, justement parce que la consommation générale a été moins en dents de scie. Or, Hydro-Sherbrooke vend sa « sous-utilisation » à des entreprises de cryptomonnaies.

L’impact est actuellement estimé à 1,9 million de moins pour 2024. Une baisse de 1,2 million est également prévue en raison de « variations de production » dans l’industrie, principalement dues au « remplacement de serveurs », détaille le rapport prévisionnel. L’apport total de la cryptomonnaie pourrait encore atteindre 14 millions au lieu de 17 millions, a résumé le directeur des finances.

Une opération de déneigement à Sherbrooke après une chute de neige en avril dernier. (Jean Roy/La Tribune Archives)

Parmi les variations notables, l’hiver doux a aussi eu un autre impact positif pour la Ville de Sherbrooke au niveau du service de déneigement, soit une différence de 1,7 million $, selon le bilan partiel indiqué dans le rapport. La croissance de la valeur des terrains dans le secteur industriel, par exemple en raison de constructions ou d’agrandissements, devrait rapporter 800 000 $ de plus que prévu.

Pour revenir au surplus anticipé après un tiers de 2024, il faut noter que ce surplus de 6,6 millions $ demeure insuffisant pour terminer l’année sans puiser dans les réserves. « On s’approprie toujours environ huit millions pour équilibrer le budget », a rappelé Mme Lapierre aux élus. C’est précisément la situation qui s’est produite pour 2023, où le bilan financier final affichait un maigre surplus d’à peine 4,8 millions $.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Prévisions météo pour le dimanche 14 juillet 2024 à Pau et ses environs – .
NEXT Mission accomplie pour la 1ère édition du Challenge Tennis Loisir – .