Après le « zoo », le parc pédagogique de l’Orangerie commence enfin sa nouvelle vie – .

Après le « zoo », le parc pédagogique de l’Orangerie commence enfin sa nouvelle vie – .
Après le « zoo », le parc pédagogique de l’Orangerie commence enfin sa nouvelle vie – .

Dès cet été, le parc pédagogique de l’Orangerie de Strasbourg entamera sa nouvelle vie. Un été rempli d’activités et de visites guidées pour (re)découvrir la faune et la flore. La première brique d’un projet porté par cinq associations et fondations, entre mini-ferme, centre d’initiation à l’éthologie et lieu dédié aux soins.

La fin d’un long serpent de mer (en cage) : Le 2 juillet dernier, la municipalité annonçait la naissance du parc pédagogique de l’OrangerieMoins de 5 ans après une consultation citoyenne lancée par la précédente mandature, 3 ans après l’annonce de la fermeture du “zoo” et un an après l’esquisse de l’avenir du lieu, le conseil municipal de Strasbourg a adopté à l’unanimité la nouvelle forme que prendra ce parc.

« Une victoire et un pas en avant « pour Jeanne Barseghian, » car cela correspond à une attente très forte de la population strasbourgeoise ». Engagement de campagne lors des élections municipales de 2020, ce nouveau projet a un principe directeur : « Plus de captivité animale “, selon Marie-Françoise Hamard. Qui a été désignée « artisan de ce beau projet “, explique le maire de Strasbourg.

© Nicolas Kaspar / Pocaa

Deux projets gagnants pour transformer le parc de l’Orangerie

Concrètement, la délibération du 24 juin prévoit une subvention annuelle de 250 000 € et la mise à disposition de locaux pour accompagner le projet lauréat. En réalité, il y en a deux : le etn porté par l’association Strasbourg initiation nature environnement (SINE), la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), Ethosph’R, Alsace Nature et le GEPMA ; l’autre par la Fondation allemande « Bärenpark GmbH » (Fondation de l’ours).

Toutes présentes le 2 juillet à la mini-ferme, les associations ont pu chacune développer leur projet. Le groupe autour du SINE proposera des activités d’éducation à la nature et à l’environnement dans tout le parc de l’OrangerieL’objectif ? Faire découvrir la faune et la flore sauvages du parc.

Il proposera également un centre d’initiation à l’éthologie [la science des comportements des espèces animales dans leur milieu naturel, ndlr] réalisé par Ethosoph’R avec des animaux prélevés dans les laboratoires de l’ancienne mini-ferme. Les Strasbourgeois se retrouveront au milieu d’animaux tels que des mini-cochons, des poules et des lapins.qui vivront leur meilleure vie. Des rats et des cochons d’Inde seront également présents, mais pas en liberté.

Il y aura également une antenne relais du centre de soins de la faune sauvage de Rosenwiller géré par la LPOqui permettra aux Strasbourgeois de disposer d’un point d’accueil pour les animaux en détresse. Enfin, la Fondation de l’Ours proposera des activités sur les animaux sauvages et leur protection, notamment les ours, les loups et les lynx.

En termes de dates, la salle pédagogique de la mini-ferme pourrait être mise à disposition dès l’été 2024Le centre d’initiation à l’éthologie ouvrira ses portes en 2025, tandis que le centre de soins sera livré en 2027, après un an de travaux dans les anciens bâtiments du zoo.

Un été plein d’activités

Tout l’été, Les Strasbourgeois pourront découvrir le nouveau parc pédagogique de l’Orangerie à travers ses différentes associations, du 3 juillet au 25 septembre. Des animations, gratuites et accessibles à tous, à retrouver ici.

La première animation est prévue aujourd’hui à 13h30 : une visite guidée à la découverte de la faune et de la flore sauvages par l’association SINE. Le 17 juillet, ce sera au tour d’Ethosph’R qui proposera aux petits et aux grands d’observer comment les animaux interagissent avec leur environnement.

Alsace Nature et la LPO prendront ensuite le relais, le 29 juillet puis le 7 août, pour mieux nous aider à comprendre la flore et partir à la découverte des oiseaux. Le 28 août, les Strasbourgeois pourront partir en visite nocturne avec le GEPMApour une balade expliquée et à l’écoute des chauves-souris, à l’aide de détecteurs à ultrasons. La Fondation de l’Ours proposera une conférence sur son refuge et ses missions le 21 septembre prochain.

Tout un été pour faire connaissance avec un nouveau lieu, qui met fin au mythe de l’animal-objet trop longtemps accepté à Strasbourg à travers l’ancien « zoo ». Une nouvelle étape qui en appelle d’autres dans les années à venir, dans un parc de l’Orangerie qui n’a pas fini d’évoluer.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La championne d’haltérophilie Margot Kochetova suscite de grands espoirs – .
NEXT The strange and wonderful Fondation du Doute Blois – .